Archives par étiquette : XXe siècle

Lire vraiment les écrits de Judith Butler : la lecture critique de Sabine Prokhoris

Le titre de l’ouvrage que Sabine Prokhoris consacre à la lecture très critique, car très informée et argumentée, de la pensée de Judith Butler est emprunté aux Provinciales de Pascal, lequel nommait « docteur grave » tout jésuite qui, suivant son propre intérêt et les possibilités offertes par la casuistique, donnait crédit à une opinion en la scellant, avec complaisance, du poids de son autorité. C’est aussi dans ces mêmes pages que Pascal explique en quoi le recours à la « moquerie » est nécessaire afin « de faire revenir les hommes de leurs égarements ». Sabine Prokhoris s’en souvint lorsqu’elle se mit à mesurer combien la lecture rapprochée des écrits de Judith Butler, qu’elle n’avait en fait jamais menée, la conduisait moins à « discuter une pensée qu’[à] démonter une imposture ». La virulence de la critique, soutient la philosophe et psychanalyste, est à la hauteur de « l’enflure mystifiante du discours butlérien » (p. 41) qui est cautionné par tout un pan du milieu académique. Continuer la lecture

Ulla von Brandenburg au musée des Beaux-Arts de Rennes : histoires de musées et « vie des formes »

Une grande tenture rouge, composée d’un quadrillage proche du trompe-l’œil puisque chaque partie évoque à la fois des marbrures et les plis d’un tissu, est suspendue au premier niveau du patio du musée de telle sorte qu’à partir du sol se forme une courbe devant laquelle prennent place neuf sculptures en plâtre ou en marbre, de part et d’autre de la largeur du tissu. Accueillies par ce grand carré d’étoffe dont la couleur a pâli suite à une précédente exposition dans un autre patio muséal au carroyage identique (celui du Palais de la Sécession, construit à Vienne, en Autriche, à la fin du XIXe siècle, pour soutenir un courant artistique désireux de rompre avec l’art officiel dominant), les sculptures blanches sont rassemblées de telle manière que si chacune d’entre elles prend un relief singulier, lequel est amplifié par l’absence du traditionnel socle, ce sont aussi les relations entre elles qui s’imposent. Continuer la lecture

« D’Antigone à Marianne. Rêves et réalités de la République dans les collections des Beaux-Arts », Exposition et catalogue

Plusieurs manifestations et groupes de recherche portent actuellement sur la république. Citons la dernière édition de Citéphilo intitulée « La République et l’universel[1] », tandis que l’Atelier de la Société française de philosophie est cette année centré sur « L’idée de République[2] ». Sous la direction d’Olivier Christin le Centre européen des études républicaines[3] (CEDRE) vient en outre de voir le jour. Du côté des arts visuels, l’École des Beaux-Arts de Paris, héritière de l’Académie royale de peinture et de sculpture, présente depuis le 24 février et ce jusqu’au 20 avril, une exposition qui retrace la manière dont, de 1789 à 1939, la pensée républicaine s’est développée chez les artistes et dans l’enceinte de ce lieu d’enseignement qui visera rapidement la méritocratie par le système de bourses et de concours. Marquée par la Révolution, d’où émergent les fondements de l’instruction publique, gratuite et laïque, ainsi que sur les autres moments révolutionnaires, cette période voit l’avènement de trois républiques où s’épanouiront différents courants artistiques ancrés dans le domaine social et dans le domaine politique. Continuer la lecture

Le témoignage dans Les Paysans de Florence Lazar : le seuil de l’adresse

Florence Lazar a réalisé plusieurs films en Bosnie, Croatie, Serbie, ex-Yougoslavie ainsi qu’au Monténégro. Ils ont pour point commun de porter sur les enjeux de la transmission, lesquels sont souvent liés à des questions de langue et de traduction. La réalisatrice s’intéresse aux relations entre histoire et mémoire, politique et famille, dont la sienne, en témoignent Confrontations (1999) et Confession d’un jeune militant (2008). Florence Lazar est également photographe, elle enseigne à l’École Supérieure d’Art et de Design, Grenoble-Valence. L’aspect artistique de ses films est indissociable de leur dimension documentaire. L’œuvre de Florence Lazar a ceci de précieux qu’elle se garde de toute esthétisation, autrement dit elle n’idéalise pas les situations de conflits et ne cède à aucune exotisation de la parole. Les Paysans (2000) sur lequel porte l’article ci-dessous (écrit en partie en 2010 et repris en 2016) illustre particulièrement ces orientations.

lazar-les-paysans-2000

Continuer la lecture

Actualité des expositions. L’art de la télépathie au XXe siècle

hiller blue boy

L’exposition Cosa mentale. Les imaginaires de la télépathie dans l’art du XXe siècle explore deux aspects liés à la transmission lorsque celle-ci désigne l’action de faire passer quelque chose d’un lieu à un autre, d’un individu à un autre : la communication, d’une part, et la psychologie, voire la parapsychologie, d’autre part. L’originalité du point de vue développé dans cette exposition réside dans « une relecture de l’histoire de l’art de 1880 à nos jours, à la lumière de la fascination des artistes pour les modes de communication de la pensée ». Conçue par Pascal Rousseau, l’exposition prend pour point de départ « l’invention du terme télépathie, en 1882, quand l’étude de la psychologie se frotte aux récents développements des technologies du lien et de l’image » pour mieux examiner, par la suite, plusieurs moments au XXe siècle dans lesquels les artistes se montrent fascinés par l’ « idée d’un devenir télépathique ».

Du 28 octobre 2015 au 28 mars 2016, au Centre Pompidou Metz

Susan Hiller, Homage to Marcel Duchamp: Aura (Blue Boy), 2011. Courtesy l’artiste et Lisson Gallery @ Susan Hiller @ Adagp, Paris, 2015