Archives par étiquette : République

« D’Antigone à Marianne. Rêves et réalités de la République dans les collections des Beaux-Arts », Exposition et catalogue

Plusieurs manifestations et groupes de recherche portent actuellement sur la république. Citons la dernière édition de Citéphilo intitulée « La République et l’universel[1] », tandis que l’Atelier de la Société française de philosophie est cette année centré sur « L’idée de République[2] ». Sous la direction d’Olivier Christin le Centre européen des études républicaines[3] (CEDRE) vient en outre de voir le jour. Du côté des arts visuels, l’École des Beaux-Arts de Paris, héritière de l’Académie royale de peinture et de sculpture, présente depuis le 24 février et ce jusqu’au 20 avril, une exposition qui retrace la manière dont, de 1789 à 1939, la pensée républicaine s’est développée chez les artistes et dans l’enceinte de ce lieu d’enseignement qui visera rapidement la méritocratie par le système de bourses et de concours. Marquée par la Révolution, d’où émergent les fondements de l’instruction publique, gratuite et laïque, ainsi que sur les autres moments révolutionnaires, cette période voit l’avènement de trois républiques où s’épanouiront différents courants artistiques ancrés dans le domaine social et dans le domaine politique. Continuer la lecture

Victor Hugo et « l’œil de l’État laïque »

hugo-rocher-des-proscritsAvec Lamartine et Chateaubriand, Victor Hugo occupe une place résolument singulière parmi les grandes figures intellectuelles puisqu’il fut autant écrivain qu’homme politique et ce, sans demi-mesure. Son engagement n’est pas restreint au seul domaine de l’art, il est au service de toutes les arènes et de toutes les questions à même d’asseoir progressisme et principes républicains. Aussi en tant que pair de France (1845-1848), député (1848-1851, 1871-1876) et sénateur (1876-1885) défend-il le suffrage universel, l’enseignement laïque, les droits des femmes et l’abolition de la peine de mort. Continuer la lecture

Condorcet, l’instruction publique et la naissance du citoyen, de Catherine Kintzler : le droit à l’égalité, le droit à la connaissance

esquisse-gallicaOutre le fait qu’il offre une analyse limpide, rigoureuse et non moins passionnante de l’œuvre de Condorcet, dont l’apport est considérable, l’ouvrage que Catherine Kintzler consacre au philosophe et mathématicien est capital par les éclairages conceptuels qu’il vise. Il s’avère particulièrement précieux pour qui veut appréhender d’un point de vue philosophique les débats et les problèmes actuels qui portent sur la citoyenneté, l’identité, ou la transmission. La raison, le progrès, l’égalité et le citoyen prennent consistance sous l’angle de la théorie de l’Instruction publique conduite par Condorcet. Tout commence par un problème que le philosophe s’engage à relever dans le contexte de la Révolution française : comment concilier suffrage et vérité ? Continuer la lecture

Actualité des parutions : aux fondements de l’école et de la démocratie républicaines

Huma 2 aout 1904 bd

L’anthologie proposée par Vincent Duclert, La République, ses valeurs, son école. Corpus historique, philosophique et juridique, s’avère passionnante et indispensable pour qui veut comprendre les fondements de l’école et de la démocratie républicaines. L’ouvrage aborde la République par un ensemble de textes réunis suivant trois parties : « Un régime de droit et de liberté », « Un idéal démocratique, une nation politique », « Une ambition pour l’école ». Il présente un vaste corpus qui « souligne les processus d’appropriation de la démocratie républicaine par la société, par la pensée, par la conscience, par l’art, par la connaissance » (p. 7). Il rassemble les textes attendus mais non moins fondamentaux de Ferdinand Buisson, Condorcet, Olympe de Gouges, Jean Jaurès, Louise Michel, Jules Ferry, Jean Zay, qui entrent en dialogue de manière originale, avec une lettre de Charles Baudelaire, des écrits de Charles Péguy, tout en offrant une place à la philosophie du XVIIIe siècle (Diderot, Kant, Montesquieu, Rousseau) ainsi qu’aux grands écrivains et penseurs du XIXe (Victor Hugo, Émile Zola) et du XXe (Henri Bergson, Albert Camus, René Char).

Continuer la lecture