Archives par étiquette : histoire

Le témoignage dans Les Paysans de Florence Lazar : le seuil de l’adresse

Florence Lazar a réalisé plusieurs films en Bosnie, Croatie, Serbie, ex-Yougoslavie ainsi qu’au Monténégro. Ils ont pour point commun de porter sur les enjeux de la transmission, lesquels sont souvent liés à des questions de langue et de traduction. La réalisatrice s’intéresse aux relations entre histoire et mémoire, politique et famille, dont la sienne, en témoignent Confrontations (1999) et Confession d’un jeune militant (2008). Florence Lazar est également photographe, elle enseigne à l’École Supérieure d’Art et de Design, Grenoble-Valence. L’aspect artistique de ses films est indissociable de leur dimension documentaire. L’œuvre de Florence Lazar a ceci de précieux qu’elle se garde de toute esthétisation, autrement dit elle n’idéalise pas les situations de conflits et ne cède à aucune exotisation de la parole. Les Paysans (2000) sur lequel porte l’article ci-dessous (écrit en partie en 2010 et repris en 2016) illustre particulièrement ces orientations.

lazar-les-paysans-2000

Continuer la lecture

Actualité des parutions : aux fondements de l’école et de la démocratie républicaines

Huma 2 aout 1904 bd

L’anthologie proposée par Vincent Duclert, La République, ses valeurs, son école. Corpus historique, philosophique et juridique, s’avère passionnante et indispensable pour qui veut comprendre les fondements de l’école et de la démocratie républicaines. L’ouvrage aborde la République par un ensemble de textes réunis suivant trois parties : « Un régime de droit et de liberté », « Un idéal démocratique, une nation politique », « Une ambition pour l’école ». Il présente un vaste corpus qui « souligne les processus d’appropriation de la démocratie républicaine par la société, par la pensée, par la conscience, par l’art, par la connaissance » (p. 7). Il rassemble les textes attendus mais non moins fondamentaux de Ferdinand Buisson, Condorcet, Olympe de Gouges, Jean Jaurès, Louise Michel, Jules Ferry, Jean Zay, qui entrent en dialogue de manière originale, avec une lettre de Charles Baudelaire, des écrits de Charles Péguy, tout en offrant une place à la philosophie du XVIIIe siècle (Diderot, Kant, Montesquieu, Rousseau) ainsi qu’aux grands écrivains et penseurs du XIXe (Victor Hugo, Émile Zola) et du XXe (Henri Bergson, Albert Camus, René Char).

Continuer la lecture

Actualité des parutions (littérature) : des « déshéritages » à la transmission comme « zone mise en danger »

Avec Lire dans la gueule du loup. Essai sur une zone à défendre, la littérature, Hélène Merlin-Kajman propose de répondre à « la crise de la littérature dans les sociétés démocratiques », en mettant au cœur du débat la question de la transmission de la littérature : « Parler d’elle, c’est défendre une zone mise en danger : celle de sa transmission ». Cette parution offre l’occasion de signaler les ouvrages récents qui se sont penchés sur le tissu notionnel qu’engage la littérature dans son rapport à la transmission tant d’un point de vue historique, narratif que poétique. C’est la notion d’héritage littéraire qui est explorée de part et d’autre de la Révolution française dans un ouvrage dirigé par Franziska Meier, Brigitte Diaz et Francine Wild, Les Héritages littéraires dans la littérature française (XVIe-XXe siècle), tandis que la notion de transmission entre en dialogue avec celle de filiation et d’héritage en prenant comme point de départ l’Ancien Régime et les Lumières dans Héritage, filiation, transmission. Configurations littéraires (XVIIIe-XXIe siècles), dirigé par Christian Chelebourg, David Martens et Myriam Watthee-Delmotte. Les auteurs considèrent l’héritage comme une notion première : « En littérature, son traitement se révèle capital : on ne peut écrire sans transmettre et, du même coup, on s’inscrit dans une filiation quand ce ne serait que pour s’y inscrire en faux. » Vincent Kaufmann opère un geste bien plus radical en mettant en lumière les processus de déshéritages à l’œuvre chez plusieurs écrivains dont Stéphane Mallarmé ou Francis Ponge : « En fin de compte, s’il y a quelque chose qui se transmet, c’est cela : la passion de l’interruption, de la discontinuité, la table rase de ceux qui naissent plus ou moins ruinés et qui s’arriment à leurs ruines pour en émerger dans leur singularité, pour nous donner à lire la liberté qu’ils ont su y trouver » (Déshéritages). L’objet de la transmission qui se dégage de l’oeuvre de Dante offre l’occasion pour l’historien Patrick Boucheron de défendre la nécessité actuelle d’une « politique de la transmission des savoirs » : c’est en effet à un « banquet des savoirs » que le poète conviait ceux qui « pour des raisons familiales ou sociales sont restés sur leur faim ». La forme et la visée de cet ouvrage se confondent donc avec l’objet même de la réflexion qui y est menée puisque cet Éloge dantesque de la transmission est la retranscription de la conférence inaugurale de rentrée prononcée aux universités de Pau et de Bordeaux. 

Continuer la lecture