L’art de la télépathie, l’art directement

abramovic et U

L’exposition Cosa mentale. Art et télépathie au XXe siècle met en lumière les relations étroites entre art et télépathie de la fin du XIXe siècle aux années 1960-70, autour de l’art conceptuel. Une installation de Fabrice Hyber, créée pour l’occasion, conclut le parcours. Elle fait ainsi partie d’un ensemble d’expositions et de parutions qui, depuis une dizaine d’années, prêtent une attention particulière aux relations entre art, science et spiritisme entre le XIXe et le XXe siècle. En témoignent notamment Hypnos. Images et inconscients en Europe 1900-1949 qui s’est tenue au musée d’Art moderne de Lille en 2009 ou encore, plus récemment, en 2012, L’Europe des esprits ou la fascination de l’occulte, 1750-1950, au musée d’art moderne de Strasbourg. L’exposition au Centre Pompidou-Metz propose un nouvel angle sur ces questions en s’attachant à une période qui va de 1882, date à laquelle fut créé le mot « télépathie », à l’art conceptuel. Elle donne également la place à quelques œuvres de l’art récent, dont les vitrines feutrées de Frédéric Vaësen qui présentent des photographies des années vingt censées reproduire des ectoplasmes. Continuer la lecture

Actualité des parutions : de l’origine, « lire des commencements »

Les XXIes entretiens de la Garenne-Lemot, récemment publiés aux Presses Universitaires de Rennes, ont affronté la question de l’origine, qui « libère du commencement ». Si les arts, la science mais aussi nos vies prennent en partie sens dans l’idée d’origine, celle-ci, en tant que mythe, déliée d’un repère temporel, n’engage-t-elle pas alors un risque, celui de « l’idolâtrie du prétendu fondement » ? L’un des chapitres de L’Avenir des anciens de Pierre Judet de La Combe s’attache précisément à la manière de « lire des commencements », ceux d’Homère et de Virgile. L’auteur s’interroge sur la place actuelle qu’il convient d’accorder à ces « lointains parents d’adoption » que sont les Grecs anciens, autrement dit à la transmission du latin et du grec. Et de défendre la position suivante : il s’agit de considérer « l’enseignement des grands textes antiques et de leurs langues à l’école (comme) un étonnant outil d’émancipation et de démocratisation ».

Continuer la lecture

Actualité des expositions. L’art de la télépathie au XXe siècle

hiller blue boy

L’exposition Cosa mentale. Les imaginaires de la télépathie dans l’art du XXe siècle explore deux aspects liés à la transmission lorsque celle-ci désigne l’action de faire passer quelque chose d’un lieu à un autre, d’un individu à un autre : la communication, d’une part, et la psychologie, voire la parapsychologie, d’autre part. L’originalité du point de vue développé dans cette exposition réside dans « une relecture de l’histoire de l’art de 1880 à nos jours, à la lumière de la fascination des artistes pour les modes de communication de la pensée ». Conçue par Pascal Rousseau, l’exposition prend pour point de départ « l’invention du terme télépathie, en 1882, quand l’étude de la psychologie se frotte aux récents développements des technologies du lien et de l’image » pour mieux examiner, par la suite, plusieurs moments au XXe siècle dans lesquels les artistes se montrent fascinés par l’ « idée d’un devenir télépathique ».

Du 28 octobre 2015 au 28 mars 2016, au Centre Pompidou Metz

Susan Hiller, Homage to Marcel Duchamp: Aura (Blue Boy), 2011. Courtesy l’artiste et Lisson Gallery @ Susan Hiller @ Adagp, Paris, 2015

Actualité des parutions (littérature) : des « déshéritages » à la transmission comme « zone mise en danger »

Avec Lire dans la gueule du loup. Essai sur une zone à défendre, la littérature, Hélène Merlin-Kajman propose de répondre à « la crise de la littérature dans les sociétés démocratiques », en mettant au cœur du débat la question de la transmission de la littérature : « Parler d’elle, c’est défendre une zone mise en danger : celle de sa transmission ». Cette parution offre l’occasion de signaler les ouvrages récents qui se sont penchés sur le tissu notionnel qu’engage la littérature dans son rapport à la transmission tant d’un point de vue historique, narratif que poétique. C’est la notion d’héritage littéraire qui est explorée de part et d’autre de la Révolution française dans un ouvrage dirigé par Franziska Meier, Brigitte Diaz et Francine Wild, Les Héritages littéraires dans la littérature française (XVIe-XXe siècle), tandis que la notion de transmission entre en dialogue avec celle de filiation et d’héritage en prenant comme point de départ l’Ancien Régime et les Lumières dans Héritage, filiation, transmission. Configurations littéraires (XVIIIe-XXIe siècles), dirigé par Christian Chelebourg, David Martens et Myriam Watthee-Delmotte. Les auteurs considèrent l’héritage comme une notion première : « En littérature, son traitement se révèle capital : on ne peut écrire sans transmettre et, du même coup, on s’inscrit dans une filiation quand ce ne serait que pour s’y inscrire en faux. » Vincent Kaufmann opère un geste bien plus radical en mettant en lumière les processus de déshéritages à l’œuvre chez plusieurs écrivains dont Stéphane Mallarmé ou Francis Ponge : « En fin de compte, s’il y a quelque chose qui se transmet, c’est cela : la passion de l’interruption, de la discontinuité, la table rase de ceux qui naissent plus ou moins ruinés et qui s’arriment à leurs ruines pour en émerger dans leur singularité, pour nous donner à lire la liberté qu’ils ont su y trouver » (Déshéritages). L’objet de la transmission qui se dégage de l’oeuvre de Dante offre l’occasion pour l’historien Patrick Boucheron de défendre la nécessité actuelle d’une « politique de la transmission des savoirs » : c’est en effet à un « banquet des savoirs » que le poète conviait ceux qui « pour des raisons familiales ou sociales sont restés sur leur faim ». La forme et la visée de cet ouvrage se confondent donc avec l’objet même de la réflexion qui y est menée puisque cet Éloge dantesque de la transmission est la retranscription de la conférence inaugurale de rentrée prononcée aux universités de Pau et de Bordeaux. 

Continuer la lecture

Un navire de recherche artistique et pédagogique

Au printemps dernier, l’École européenne supérieure d’art de Bretagne (EESAB) a inauguré un programme  pédagogique résolument inédit, au sein d’un chalutier : atelier flottant et annexe de l’EESAB, le B.O.A.T.® (pour Boat Of Artistic Research Trip) développe des projets de recherches pour des étudiants et des enseignants de l’École, ainsi que des résidences et des expéditions. Plusieurs escales correspondant à autant d’étapes de travail sont prévues en 2015 et en 2016, de la Bretagne à l’Angleterre. 

En savoir plus sur le site de l’EESAB

TRANSMISSION, recréation et répétition. Exposition du 18 juin au 14 juillet 2015, Palais des Beaux-Arts, Paris

L’exposition qui se tient à l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris propose d’explorer la notion de transmission à partir de deux pratiques : la re-création, c’est-à-dire la copie de plâtres ou de tableaux de maîtres, et la répétition, c’est-à-dire la reprise d’un même geste jusqu’à l’obtention d’une maîtrise technique et artistique. Le choix des œuvres et des artistes exposés résulte de trois orientations. Pour la première, il s’agit d’associer de jeunes artistes, étudiants de l’École, à des artistes confirmés et à des artistes « historiques ». Pour la seconde, il s’agit de présenter l’œuvre d’artistes qui utilisent « le langage pédagogique », selon la formule de la commissaire Sarina Basta, dont l’oeuvre de John Baldessari, de Joseph Beuys, de Martha Rosler ou de Robert Filiou. En découle une section consacrée à Joseph Albers qui a notamment participé à l’aventure du Bauhaus et du Black Mountain College. Enfin l’ensemble Saisies du réel propose des œuvres et des objets du XVIe siècle à nos jours issus de la collection de l’École des Beaux-Arts, dont l’ancêtre est, on le sait, l’Académie royale de peinture et de sculpture. Signalons à ce propos l’anthologie des Conférences de l’Académie éditée par l’ENSBA depuis 2007, sous la direction de Jacqueline Lichtenstein et de Christian Michel. Continuer la lecture

L’amour des commencements. Carnet nomade

« L’amour des commencements », Carnet nomade, par Colette Fellous

samedi 20 juin 2015, France Culture

L’amour des commencements est le titre d’un ouvrage de J.-B. Pontalis, dont les œuvres rassemblées viennent de paraître dans un volume de la collection Quarto. On entendra ainsi l’écrivain Antoine Billot, qui a contribué à cette édition, évoquer, avec Colette Fellous, l’infans scriptor que tout écrivain recherche, selon J.-B. Pontalis, dont l’œuvre accorde une place majeure à l’inachèvement. L’amour des commencements se confondrait alors avec celui de l’inachèvement. Cet entretien est le second de l’émission, qui débute avec le peintre Richard Texier, auteur d’un premier roman : Nager. Richard Texier fait partie « de ceux qui pourraient mettre en épitaphe : il n’aimait que les commencements ». Il fait part du « commencement d’une aventure » artistique : la rencontre avec un tableau de Tanguy, « une œuvre sans horizon » qui est une « méthode », un « territoire », et qui lui fournit d’emblée une direction. Il participe d’un « principe d’enlacement », une manière de nommer l’expérience de la rencontre, qui élargit nos vies. L’eau, la mer, présentes dans l’œuvre de J.-B. Pontalis, comme le rappelle Colette Fellous (« La vie s’éloigne, mais elle revient », Marée basse, marée haute), et de Richard Texier, le sont également dans La Triomphante, premier roman de Teresa Cremisi. Les commencements sont alors comparés à de véritables « plongeons ».

Écouter l’émission sur le site de France Culture

Réforme du collège 2016. Points de vue d’enseignants, de chercheurs et d’enseignants-chercheurs

Cette rubrique propose d’aborder le débat sur la réforme du collège 2016 en recensant les contributions (articles, tribunes et entretiens) des enseignants, des chercheurs et des enseignants-chercheurs dans les médias (radio, télévision, presse écrite). Les blogs hébergés par des médias n’y figurent pas, de même ne sont pas mentionnées les tribunes et rubriques régulières tenues par des enseignants dans la presse.

Réforme du collège : lettre ouverte de 200 professeurs à François Hollande, collectif – Le Figaro, 22 janvier 2016.

Une réforme du collège? Non, une contre-réforme, collectifLe JDD, 4 octobre 2015

Ce qu’on doit au grec et au latin, par Alexandre Gefen (CNRS) – Marianne, 31 juillet 2015

Les cultures antiques contre les intégrismes, par Barbara Cassin (philosophe, CNRS) et Florence Dupont (latiniste, hélléniste, université Paris VII, centre Louis Gernet), appel publié sur le site de Libération, 14 juin 2015

Quelle école veut-on ? Le collège, un chantier prometteur, entretien avec Marie-Duru Bellat (sociologue, Science Po) par Vincent Rémy ; « Il est nécessaire que l’esprit des Lumières soit transmis à l’école »entretien avec Dominique Schnapper (sociologue, EHESS), propos recueillis par Marion Rousset – Télérama, n°3411, du 30 mai au 5 juin 2015.

Continuer la lecture

Comment commencer ?

Ce projet de Carnet de recherche de la plateforme Hypothèses est centré sur la notion de transmission et sur ses enjeux actuels du point de vue des arts et de la littérature. Interroger la dimension critique de l’expérience de transmission permet ainsi de créer un point de rencontre entre les arts, la littérature et les sciences humaines et sociales. Intense ou discrète, furtive ou revendiquée, immédiate ou différée, niée ou recherchée, l’expérience de la transmission n’est pas réductible à un binôme figé qui baliserait un unique trajet, celui, linéaire et hiérarchique, d’une génération, d’un individu ou d’une langue, à l’autre. Si elle est parfois restreinte aux notions de tradition, de conservation ou de pédagogie, la transmission n’en est pas moins liée à un vaste champ de significations ; certaines œuvres, certains axes de recherche privilégient ainsi la dimension inventive et subjective de l’expérience de transmission tout en soulignant sa portée universelle et humaniste. Si le fait de transmettre implique, en effet, un lieu de passage singulier (par exemple entre histoire et mémoire), il n’exclut pas, néanmoins, à d’autres endroits, des blocages sociaux et culturels. Distincte de l’héritage, la transmission s’offre autant comme une source de créations, d’imaginaires et de transformations qu’elle implique des contraintes sociales et culturelles. Nombreux alors sont les chemins et cheminements qui illustrent ces tensions. Il sera par exemple question de transmission indirecte des savoirs : quand, pour transmettre, il convient de déjouer les formes et codes attendus de la transmission. On discutera également des enjeux de la transmission d’une langue à l’autre : comment traduire la transmission ? Le Carnet de recherche Comment commencer? souhaite ainsi traiter la question de la transmission en associant précision des notions et multiplicité des approches, tout en insistant sur la dimension humaniste inhérente à toute expérience de transmission.