Archives mensuelles : janvier 2016

Actualité des expositions. L’art de la télépathie au XXe siècle

hiller blue boy

L’exposition Cosa mentale. Les imaginaires de la télépathie dans l’art du XXe siècle explore deux aspects liés à la transmission lorsque celle-ci désigne l’action de faire passer quelque chose d’un lieu à un autre, d’un individu à un autre : la communication, d’une part, et la psychologie, voire la parapsychologie, d’autre part. L’originalité du point de vue développé dans cette exposition réside dans « une relecture de l’histoire de l’art de 1880 à nos jours, à la lumière de la fascination des artistes pour les modes de communication de la pensée ». Conçue par Pascal Rousseau, l’exposition prend pour point de départ « l’invention du terme télépathie, en 1882, quand l’étude de la psychologie se frotte aux récents développements des technologies du lien et de l’image » pour mieux examiner, par la suite, plusieurs moments au XXe siècle dans lesquels les artistes se montrent fascinés par l’ « idée d’un devenir télépathique ».

Du 28 octobre 2015 au 28 mars 2016, au Centre Pompidou Metz

Susan Hiller, Homage to Marcel Duchamp: Aura (Blue Boy), 2011. Courtesy l’artiste et Lisson Gallery @ Susan Hiller @ Adagp, Paris, 2015

Actualité des parutions (littérature) : des « déshéritages » à la transmission comme « zone mise en danger »

Avec Lire dans la gueule du loup. Essai sur une zone à défendre, la littérature, Hélène Merlin-Kajman propose de répondre à « la crise de la littérature dans les sociétés démocratiques », en mettant au cœur du débat la question de la transmission de la littérature : « Parler d’elle, c’est défendre une zone mise en danger : celle de sa transmission ». Cette parution offre l’occasion de signaler les ouvrages récents qui se sont penchés sur le tissu notionnel qu’engage la littérature dans son rapport à la transmission tant d’un point de vue historique, narratif que poétique. C’est la notion d’héritage littéraire qui est explorée de part et d’autre de la Révolution française dans un ouvrage dirigé par Franziska Meier, Brigitte Diaz et Francine Wild, Les Héritages littéraires dans la littérature française (XVIe-XXe siècle), tandis que la notion de transmission entre en dialogue avec celle de filiation et d’héritage en prenant comme point de départ l’Ancien Régime et les Lumières dans Héritage, filiation, transmission. Configurations littéraires (XVIIIe-XXIe siècles), dirigé par Christian Chelebourg, David Martens et Myriam Watthee-Delmotte. Les auteurs considèrent l’héritage comme une notion première : « En littérature, son traitement se révèle capital : on ne peut écrire sans transmettre et, du même coup, on s’inscrit dans une filiation quand ce ne serait que pour s’y inscrire en faux. » Vincent Kaufmann opère un geste bien plus radical en mettant en lumière les processus de déshéritages à l’œuvre chez plusieurs écrivains dont Stéphane Mallarmé ou Francis Ponge : « En fin de compte, s’il y a quelque chose qui se transmet, c’est cela : la passion de l’interruption, de la discontinuité, la table rase de ceux qui naissent plus ou moins ruinés et qui s’arriment à leurs ruines pour en émerger dans leur singularité, pour nous donner à lire la liberté qu’ils ont su y trouver » (Déshéritages). L’objet de la transmission qui se dégage de l’oeuvre de Dante offre l’occasion pour l’historien Patrick Boucheron de défendre la nécessité actuelle d’une « politique de la transmission des savoirs » : c’est en effet à un « banquet des savoirs » que le poète conviait ceux qui « pour des raisons familiales ou sociales sont restés sur leur faim ». La forme et la visée de cet ouvrage se confondent donc avec l’objet même de la réflexion qui y est menée puisque cet Éloge dantesque de la transmission est la retranscription de la conférence inaugurale de rentrée prononcée aux universités de Pau et de Bordeaux. 

Continuer la lecture