Archives de catégorie : Esprit critique, es-tu là ?

Discriminations, invisibilité et « invisibilisation de la pensée des femmes »

Plusieurs tribunes importantes viennent récemment de paraître dans la presse. Elles dénoncent les discriminations envers les femmes dans le monde universitaire, le peu de place qui leur est donnée aux postes de décisions. Déterminantes, elles mettent en lumière la banalisation du sexisme et le blocage des parcours et des savoirs qui en découlent. Continuer la lecture

« Aller vers l’universalisant », Wassyla Tamzali aux Rencontres de Pétrarque 2018

La conférence inaugurale des Rencontres de Pétrarque (« Hommes-femmes, des lendemains qui changent ») fut cette année confiée à Wassyla Tamzali, écrivaine algérienne qui après une carrière d’avocate à Alger (1966-1977) mit ses compétences pour la défense des droits des femmes au service de l’Unesco puis d’autres groupes et structures, comme le Collectif Maghreb Egalité. La conférence, qui a pour objet l’année MeToo, est l’occasion pour la militante et intellectuelle de préciser la nature de son engagement et d’en restituer les fondements : « Si j’arrive à savoir où j’en suis et savoir où je suis tout en étant toujours ailleurs c’est parce que, au fond, j’ai une ligne, j’ai un cap », lequel cap correspond à « un vieux mot, honni, qu’on a jeté un peu à la poubelle un peu partout ». Il s’agit de l’universalisme. Continuer la lecture

« Dans la langue d’Ecoldar ». A propos d’« Ecoldar. Portrait d’une île », de Christine Lapostolle

Les fictions sur l’art, très présentes au XIXsiècle, constituent un genre à part entière. L’actualité artistique est aujourd’hui susceptible  de constituer un argument à la fois littéraire et commercial : la parution d’un roman sur tel artiste peut par exemple coïncider avec l’ouverture d’une exposition monographique consacrée à cette personnalité. Du reste, biographies et fictions sur l’art reprennent de la vigueur depuis quelques années. Le nouvel ouvrage de Christine Lapostolle s’inscrit dans cette lignée mais en ouvrant une voie inédite puisqu’il s’agit pour l’auteure de porter son attention sur la transmission et l’enseignement à partir de sa longue expérience de professeure d’histoire de l’art et de culture générale dans une école d’art du Finistère. Continuer la lecture

Penser le commencement et la transmission : quelques réflexions sur les écrits de Kamel Daoud

Avec Zabor ou les psaumes, Kamel Daoud affirme de nouveau, et avec la puissance du lyrisme, une pensée humaniste, laquelle se révèle, d’une part, dans une passion pour les langues et la littérature entre l’Algérie et la France, et d’autre part, dans une critique féroce mais fine des coutumes, des normes sociales et des injonctions religieuses qui violentent les corps, les êtres humains et sacrifient les femmes. Continuer la lecture

Lire vraiment les écrits de Judith Butler : la lecture critique de Sabine Prokhoris

Le titre de l’ouvrage que Sabine Prokhoris consacre à la lecture très critique, car très informée et argumentée, de la pensée de Judith Butler est emprunté aux Provinciales de Pascal, lequel nommait « docteur grave » tout jésuite qui, suivant son propre intérêt et les possibilités offertes par la casuistique, donnait crédit à une opinion en la scellant, avec complaisance, du poids de son autorité. C’est aussi dans ces mêmes pages que Pascal explique en quoi le recours à la « moquerie » est nécessaire afin « de faire revenir les hommes de leurs égarements ». Sabine Prokhoris s’en souvint lorsqu’elle se mit à mesurer combien la lecture rapprochée des écrits de Judith Butler, qu’elle n’avait en fait jamais menée, la conduisait moins à « discuter une pensée qu’[à] démonter une imposture ». La virulence de la critique, soutient la philosophe et psychanalyste, est à la hauteur de « l’enflure mystifiante du discours butlérien » (p. 41) qui est cautionné par tout un pan du milieu académique. Continuer la lecture