Archives de catégorie : Comptes rendus

« D’Antigone à Marianne. Rêves et réalités de la République dans les collections des Beaux-Arts », Exposition et catalogue

Plusieurs manifestations et groupes de recherche portent actuellement sur la république. Citons la dernière édition de Citéphilo intitulée « La République et l’universel[1] », tandis que l’Atelier de la Société française de philosophie est cette année centré sur « L’idée de République[2] ». Sous la direction d’Olivier Christin le Centre européen des études républicaines[3] (CEDRE) vient en outre de voir le jour. Du côté des arts visuels, l’École des Beaux-Arts de Paris, héritière de l’Académie royale de peinture et de sculpture, présente depuis le 24 février et ce jusqu’au 20 avril, une exposition qui retrace la manière dont, de 1789 à 1939, la pensée républicaine s’est développée chez les artistes et dans l’enceinte de ce lieu d’enseignement qui visera rapidement la méritocratie par le système de bourses et de concours. Marquée par la Révolution, d’où émergent les fondements de l’instruction publique, gratuite et laïque, ainsi que sur les autres moments révolutionnaires, cette période voit l’avènement de trois républiques où s’épanouiront différents courants artistiques ancrés dans le domaine social et dans le domaine politique. Continuer la lecture

Condorcet, l’instruction publique et la naissance du citoyen, de Catherine Kintzler : le droit à l’égalité, le droit à la connaissance

esquisse-gallicaOutre le fait qu’il offre une analyse limpide, rigoureuse et non moins passionnante de l’œuvre de Condorcet, dont l’apport est considérable, l’ouvrage que Catherine Kintzler consacre au philosophe et mathématicien est capital par les éclairages conceptuels qu’il vise. Il s’avère particulièrement précieux pour qui veut appréhender d’un point de vue philosophique les débats et les problèmes actuels qui portent sur la citoyenneté, l’identité, ou la transmission. La raison, le progrès, l’égalité et le citoyen prennent consistance sous l’angle de la théorie de l’Instruction publique conduite par Condorcet. Tout commence par un problème que le philosophe s’engage à relever dans le contexte de la Révolution française : comment concilier suffrage et vérité ? Continuer la lecture

« Pour l’instant, la clairière est libre ». Vincennes, l’université perdue, un film de Virginie Linhart

LINHART vincennes © Agat Films & CieLe film que Virginie Linhart consacre à l’université de Vincennes s’ouvre et se referme sur une clairière verdoyante, celle-là même qui, à la suite de Mai 68, a accueilli une aventure intellectuelle sans pareille, pendant une douzaine d’années. La justesse du documentaire réside dans l’originalité de ce lieu choisi par l’auteur et que résume ainsi Hélène Cixous (de sa voix pleine et musicale) : « Ce vide n’est pas vide, il est saisissant (…) c’est un exemple unique dans l’histoire où archéologiquement, il n’y a rien. » Bâtie en peu de temps, à la faveur de quelques échanges téléphoniques, l’université est détruite tout aussi rapidement, pour renaître à Saint-Denis, là où se trouve toujours l’université Paris 8. Continuer la lecture

Étonnants voyageurs 2016. La voix des écrivains et des artistes : « Une boussole, dans ce tumulte »

L’intellectuel et le débat public

Outre le fait que la richesse, la qualité et l’originalité de sa programmation de films et de conférences ouvrent un vaste champ de réflexion, qui correspond par ailleurs à d’incontestables attentes, en témoigne l’extraordinaire affluence de festivaliers, l’édition 2016 d’Étonnants Voyageurs offre l’occasion de s’interroger sur les relations actuelles entre littérature et sciences sociales. La journée du dimanche 15 mai l’illustre avec générosité. Non sans courage et acuité, l’équipe du festival s’est en effet saisi d’une actualité encore brûlante : la tribune[1] que des chercheurs ont publiée dans Le Monde en février dernier, dans laquelle ils s’attaquent à l’article de Kamel Daoud intitulé « Cologne, lieu de fantasmes »[2]. Continuer la lecture

L’art de la télépathie, l’art directement

abramovic et U

L’exposition Cosa mentale. Art et télépathie au XXe siècle met en lumière les relations étroites entre art et télépathie de la fin du XIXe siècle aux années 1960-70, autour de l’art conceptuel. Une installation de Fabrice Hyber, créée pour l’occasion, conclut le parcours. Elle fait ainsi partie d’un ensemble d’expositions et de parutions qui, depuis une dizaine d’années, prêtent une attention particulière aux relations entre art, science et spiritisme entre le XIXe et le XXe siècle. En témoignent notamment Hypnos. Images et inconscients en Europe 1900-1949 qui s’est tenue au musée d’Art moderne de Lille en 2009 ou encore, plus récemment, en 2012, L’Europe des esprits ou la fascination de l’occulte, 1750-1950, au musée d’art moderne de Strasbourg. L’exposition au Centre Pompidou-Metz propose un nouvel angle sur ces questions en s’attachant à une période qui va de 1882, date à laquelle fut créé le mot « télépathie », à l’art conceptuel. Elle donne également la place à quelques œuvres de l’art récent, dont les vitrines feutrées de Frédéric Vaësen qui présentent des photographies des années vingt censées reproduire des ectoplasmes. Continuer la lecture

TRANSMISSION, recréation et répétition. Exposition du 18 juin au 14 juillet 2015, Palais des Beaux-Arts, Paris

L’exposition qui se tient à l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris propose d’explorer la notion de transmission à partir de deux pratiques : la re-création, c’est-à-dire la copie de plâtres ou de tableaux de maîtres, et la répétition, c’est-à-dire la reprise d’un même geste jusqu’à l’obtention d’une maîtrise technique et artistique. Le choix des œuvres et des artistes exposés résulte de trois orientations. Pour la première, il s’agit d’associer de jeunes artistes, étudiants de l’École, à des artistes confirmés et à des artistes « historiques ». Pour la seconde, il s’agit de présenter l’œuvre d’artistes qui utilisent « le langage pédagogique », selon la formule de la commissaire Sarina Basta, dont l’oeuvre de John Baldessari, de Joseph Beuys, de Martha Rosler ou de Robert Filiou. En découle une section consacrée à Joseph Albers qui a notamment participé à l’aventure du Bauhaus et du Black Mountain College. Enfin l’ensemble Saisies du réel propose des œuvres et des objets du XVIe siècle à nos jours issus de la collection de l’École des Beaux-Arts, dont l’ancêtre est, on le sait, l’Académie royale de peinture et de sculpture. Signalons à ce propos l’anthologie des Conférences de l’Académie éditée par l’ENSBA depuis 2007, sous la direction de Jacqueline Lichtenstein et de Christian Michel. Continuer la lecture

L’amour des commencements. Carnet nomade

« L’amour des commencements », Carnet nomade, par Colette Fellous

samedi 20 juin 2015, France Culture

L’amour des commencements est le titre d’un ouvrage de J.-B. Pontalis, dont les œuvres rassemblées viennent de paraître dans un volume de la collection Quarto. On entendra ainsi l’écrivain Antoine Billot, qui a contribué à cette édition, évoquer, avec Colette Fellous, l’infans scriptor que tout écrivain recherche, selon J.-B. Pontalis, dont l’œuvre accorde une place majeure à l’inachèvement. L’amour des commencements se confondrait alors avec celui de l’inachèvement. Cet entretien est le second de l’émission, qui débute avec le peintre Richard Texier, auteur d’un premier roman : Nager. Richard Texier fait partie « de ceux qui pourraient mettre en épitaphe : il n’aimait que les commencements ». Il fait part du « commencement d’une aventure » artistique : la rencontre avec un tableau de Tanguy, « une œuvre sans horizon » qui est une « méthode », un « territoire », et qui lui fournit d’emblée une direction. Il participe d’un « principe d’enlacement », une manière de nommer l’expérience de la rencontre, qui élargit nos vies. L’eau, la mer, présentes dans l’œuvre de J.-B. Pontalis, comme le rappelle Colette Fellous (« La vie s’éloigne, mais elle revient », Marée basse, marée haute), et de Richard Texier, le sont également dans La Triomphante, premier roman de Teresa Cremisi. Les commencements sont alors comparés à de véritables « plongeons ».

Écouter l’émission sur le site de France Culture