Archives de catégorie : Philosophie

Lire vraiment les écrits de Judith Butler : la lecture critique de Sabine Prokhoris

Le titre de l’ouvrage que Sabine Prokhoris consacre à la lecture très critique, car très informée et argumentée, de la pensée de Judith Butler est emprunté aux Provinciales de Pascal, lequel nommait « docteur grave » tout jésuite qui, suivant son propre intérêt et les possibilités offertes par la casuistique, donnait crédit à une opinion en la scellant, avec complaisance, du poids de son autorité. C’est aussi dans ces mêmes pages que Pascal explique en quoi le recours à la « moquerie » est nécessaire afin « de faire revenir les hommes de leurs égarements ». Sabine Prokhoris s’en souvint lorsqu’elle se mit à mesurer combien la lecture rapprochée des écrits de Judith Butler, qu’elle n’avait en fait jamais menée, la conduisait moins à « discuter une pensée qu’[à] démonter une imposture ». La virulence de la critique, soutient la philosophe et psychanalyste, est à la hauteur de « l’enflure mystifiante du discours butlérien » (p. 41) qui est cautionné par tout un pan du milieu académique. Continuer la lecture

Condorcet, l’instruction publique et la naissance du citoyen, de Catherine Kintzler : le droit à l’égalité, le droit à la connaissance

esquisse-gallicaOutre le fait qu’il offre une analyse limpide, rigoureuse et non moins passionnante de l’œuvre de Condorcet, dont l’apport est considérable, l’ouvrage que Catherine Kintzler consacre au philosophe et mathématicien est capital par les éclairages conceptuels qu’il vise. Il s’avère particulièrement précieux pour qui veut appréhender d’un point de vue philosophique les débats et les problèmes actuels qui portent sur la citoyenneté, l’identité, ou la transmission. La raison, le progrès, l’égalité et le citoyen prennent consistance sous l’angle de la théorie de l’Instruction publique conduite par Condorcet. Tout commence par un problème que le philosophe s’engage à relever dans le contexte de la Révolution française : comment concilier suffrage et vérité ? Continuer la lecture

Actualité des parutions : aux fondements de l’école et de la démocratie républicaines

Huma 2 aout 1904 bd

L’anthologie proposée par Vincent Duclert, La République, ses valeurs, son école. Corpus historique, philosophique et juridique, s’avère passionnante et indispensable pour qui veut comprendre les fondements de l’école et de la démocratie républicaines. L’ouvrage aborde la République par un ensemble de textes réunis suivant trois parties : « Un régime de droit et de liberté », « Un idéal démocratique, une nation politique », « Une ambition pour l’école ». Il présente un vaste corpus qui « souligne les processus d’appropriation de la démocratie républicaine par la société, par la pensée, par la conscience, par l’art, par la connaissance » (p. 7). Il rassemble les textes attendus mais non moins fondamentaux de Ferdinand Buisson, Condorcet, Olympe de Gouges, Jean Jaurès, Louise Michel, Jules Ferry, Jean Zay, qui entrent en dialogue de manière originale, avec une lettre de Charles Baudelaire, des écrits de Charles Péguy, tout en offrant une place à la philosophie du XVIIIe siècle (Diderot, Kant, Montesquieu, Rousseau) ainsi qu’aux grands écrivains et penseurs du XIXe (Victor Hugo, Émile Zola) et du XXe (Henri Bergson, Albert Camus, René Char).

Continuer la lecture

Actualité des parutions : de l’origine, « lire des commencements »

Les XXIes entretiens de la Garenne-Lemot, récemment publiés aux Presses Universitaires de Rennes, ont affronté la question de l’origine, qui « libère du commencement ». Si les arts, la science mais aussi nos vies prennent en partie sens dans l’idée d’origine, celle-ci, en tant que mythe, déliée d’un repère temporel, n’engage-t-elle pas alors un risque, celui de « l’idolâtrie du prétendu fondement » ? L’un des chapitres de L’Avenir des anciens de Pierre Judet de La Combe s’attache précisément à la manière de « lire des commencements », ceux d’Homère et de Virgile. L’auteur s’interroge sur la place actuelle qu’il convient d’accorder à ces « lointains parents d’adoption » que sont les Grecs anciens, autrement dit à la transmission du latin et du grec. Et de défendre la position suivante : il s’agit de considérer « l’enseignement des grands textes antiques et de leurs langues à l’école (comme) un étonnant outil d’émancipation et de démocratisation ».

Continuer la lecture