Archives de catégorie : littérature

Lire vraiment les écrits de Judith Butler : la lecture critique de Sabine Prokhoris

Le titre de l’ouvrage que Sabine Prokhoris consacre à la lecture très critique, car très informée et argumentée, de la pensée de Judith Butler est emprunté aux Provinciales de Pascal, lequel nommait « docteur grave » tout jésuite qui, suivant son propre intérêt et les possibilités offertes par la casuistique, donnait crédit à une opinion en la scellant, avec complaisance, du poids de son autorité. C’est aussi dans ces mêmes pages que Pascal explique en quoi le recours à la « moquerie » est nécessaire afin « de faire revenir les hommes de leurs égarements ». Sabine Prokhoris s’en souvint lorsqu’elle se mit à mesurer combien la lecture rapprochée des écrits de Judith Butler, qu’elle n’avait en fait jamais menée, la conduisait moins à « discuter une pensée qu’[à] démonter une imposture ». La virulence de la critique, soutient la philosophe et psychanalyste, est à la hauteur de « l’enflure mystifiante du discours butlérien » (p. 41) qui est cautionné par tout un pan du milieu académique. Continuer la lecture

Victor Hugo et « l’œil de l’État laïque »

hugo-rocher-des-proscritsAvec Lamartine et Chateaubriand, Victor Hugo occupe une place résolument singulière parmi les grandes figures intellectuelles puisqu’il fut autant écrivain qu’homme politique et ce, sans demi-mesure. Son engagement n’est pas restreint au seul domaine de l’art, il est au service de toutes les arènes et de toutes les questions à même d’asseoir progressisme et principes républicains. Aussi en tant que pair de France (1845-1848), député (1848-1851, 1871-1876) et sénateur (1876-1885) défend-il le suffrage universel, l’enseignement laïque, les droits des femmes et l’abolition de la peine de mort. Continuer la lecture

Actualité des parutions : aux fondements de l’école et de la démocratie républicaines

Huma 2 aout 1904 bd

L’anthologie proposée par Vincent Duclert, La République, ses valeurs, son école. Corpus historique, philosophique et juridique, s’avère passionnante et indispensable pour qui veut comprendre les fondements de l’école et de la démocratie républicaines. L’ouvrage aborde la République par un ensemble de textes réunis suivant trois parties : « Un régime de droit et de liberté », « Un idéal démocratique, une nation politique », « Une ambition pour l’école ». Il présente un vaste corpus qui « souligne les processus d’appropriation de la démocratie républicaine par la société, par la pensée, par la conscience, par l’art, par la connaissance » (p. 7). Il rassemble les textes attendus mais non moins fondamentaux de Ferdinand Buisson, Condorcet, Olympe de Gouges, Jean Jaurès, Louise Michel, Jules Ferry, Jean Zay, qui entrent en dialogue de manière originale, avec une lettre de Charles Baudelaire, des écrits de Charles Péguy, tout en offrant une place à la philosophie du XVIIIe siècle (Diderot, Kant, Montesquieu, Rousseau) ainsi qu’aux grands écrivains et penseurs du XIXe (Victor Hugo, Émile Zola) et du XXe (Henri Bergson, Albert Camus, René Char).

Continuer la lecture

Actualité des parutions : de l’origine, « lire des commencements »

Les XXIes entretiens de la Garenne-Lemot, récemment publiés aux Presses Universitaires de Rennes, ont affronté la question de l’origine, qui « libère du commencement ». Si les arts, la science mais aussi nos vies prennent en partie sens dans l’idée d’origine, celle-ci, en tant que mythe, déliée d’un repère temporel, n’engage-t-elle pas alors un risque, celui de « l’idolâtrie du prétendu fondement » ? L’un des chapitres de L’Avenir des anciens de Pierre Judet de La Combe s’attache précisément à la manière de « lire des commencements », ceux d’Homère et de Virgile. L’auteur s’interroge sur la place actuelle qu’il convient d’accorder à ces « lointains parents d’adoption » que sont les Grecs anciens, autrement dit à la transmission du latin et du grec. Et de défendre la position suivante : il s’agit de considérer « l’enseignement des grands textes antiques et de leurs langues à l’école (comme) un étonnant outil d’émancipation et de démocratisation ».

Continuer la lecture

Actualité des parutions (littérature) : des « déshéritages » à la transmission comme « zone mise en danger »

Avec Lire dans la gueule du loup. Essai sur une zone à défendre, la littérature, Hélène Merlin-Kajman propose de répondre à « la crise de la littérature dans les sociétés démocratiques », en mettant au cœur du débat la question de la transmission de la littérature : « Parler d’elle, c’est défendre une zone mise en danger : celle de sa transmission ». Cette parution offre l’occasion de signaler les ouvrages récents qui se sont penchés sur le tissu notionnel qu’engage la littérature dans son rapport à la transmission tant d’un point de vue historique, narratif que poétique. C’est la notion d’héritage littéraire qui est explorée de part et d’autre de la Révolution française dans un ouvrage dirigé par Franziska Meier, Brigitte Diaz et Francine Wild, Les Héritages littéraires dans la littérature française (XVIe-XXe siècle), tandis que la notion de transmission entre en dialogue avec celle de filiation et d’héritage en prenant comme point de départ l’Ancien Régime et les Lumières dans Héritage, filiation, transmission. Configurations littéraires (XVIIIe-XXIe siècles), dirigé par Christian Chelebourg, David Martens et Myriam Watthee-Delmotte. Les auteurs considèrent l’héritage comme une notion première : « En littérature, son traitement se révèle capital : on ne peut écrire sans transmettre et, du même coup, on s’inscrit dans une filiation quand ce ne serait que pour s’y inscrire en faux. » Vincent Kaufmann opère un geste bien plus radical en mettant en lumière les processus de déshéritages à l’œuvre chez plusieurs écrivains dont Stéphane Mallarmé ou Francis Ponge : « En fin de compte, s’il y a quelque chose qui se transmet, c’est cela : la passion de l’interruption, de la discontinuité, la table rase de ceux qui naissent plus ou moins ruinés et qui s’arriment à leurs ruines pour en émerger dans leur singularité, pour nous donner à lire la liberté qu’ils ont su y trouver » (Déshéritages). L’objet de la transmission qui se dégage de l’oeuvre de Dante offre l’occasion pour l’historien Patrick Boucheron de défendre la nécessité actuelle d’une « politique de la transmission des savoirs » : c’est en effet à un « banquet des savoirs » que le poète conviait ceux qui « pour des raisons familiales ou sociales sont restés sur leur faim ». La forme et la visée de cet ouvrage se confondent donc avec l’objet même de la réflexion qui y est menée puisque cet Éloge dantesque de la transmission est la retranscription de la conférence inaugurale de rentrée prononcée aux universités de Pau et de Bordeaux. 

Continuer la lecture

L’amour des commencements. Carnet nomade

« L’amour des commencements », Carnet nomade, par Colette Fellous

samedi 20 juin 2015, France Culture

L’amour des commencements est le titre d’un ouvrage de J.-B. Pontalis, dont les œuvres rassemblées viennent de paraître dans un volume de la collection Quarto. On entendra ainsi l’écrivain Antoine Billot, qui a contribué à cette édition, évoquer, avec Colette Fellous, l’infans scriptor que tout écrivain recherche, selon J.-B. Pontalis, dont l’œuvre accorde une place majeure à l’inachèvement. L’amour des commencements se confondrait alors avec celui de l’inachèvement. Cet entretien est le second de l’émission, qui débute avec le peintre Richard Texier, auteur d’un premier roman : Nager. Richard Texier fait partie « de ceux qui pourraient mettre en épitaphe : il n’aimait que les commencements ». Il fait part du « commencement d’une aventure » artistique : la rencontre avec un tableau de Tanguy, « une œuvre sans horizon » qui est une « méthode », un « territoire », et qui lui fournit d’emblée une direction. Il participe d’un « principe d’enlacement », une manière de nommer l’expérience de la rencontre, qui élargit nos vies. L’eau, la mer, présentes dans l’œuvre de J.-B. Pontalis, comme le rappelle Colette Fellous (« La vie s’éloigne, mais elle revient », Marée basse, marée haute), et de Richard Texier, le sont également dans La Triomphante, premier roman de Teresa Cremisi. Les commencements sont alors comparés à de véritables « plongeons ».

Écouter l’émission sur le site de France Culture