Archives de catégorie : Arts visuels

Ulla von Brandenburg au musée des Beaux-Arts de Rennes : histoires de musées et « vie des formes »

Une grande tenture rouge, composée d’un quadrillage proche du trompe-l’œil puisque chaque partie évoque à la fois des marbrures et les plis d’un tissu, est suspendue au premier niveau du patio du musée de telle sorte qu’à partir du sol se forme une courbe devant laquelle prennent place neuf sculptures en plâtre ou en marbre, de part et d’autre de la largeur du tissu. Accueillies par ce grand carré d’étoffe dont la couleur a pâli suite à une précédente exposition dans un autre patio muséal au carroyage identique (celui du Palais de la Sécession, construit à Vienne, en Autriche, à la fin du XIXe siècle, pour soutenir un courant artistique désireux de rompre avec l’art officiel dominant), les sculptures blanches sont rassemblées de telle manière que si chacune d’entre elles prend un relief singulier, lequel est amplifié par l’absence du traditionnel socle, ce sont aussi les relations entre elles qui s’imposent. Continuer la lecture

Le témoignage dans Les Paysans de Florence Lazar : le seuil de l’adresse

Florence Lazar a réalisé plusieurs films en Bosnie, Croatie, Serbie, ex-Yougoslavie ainsi qu’au Monténégro. Ils ont pour point commun de porter sur les enjeux de la transmission, lesquels sont souvent liés à des questions de langue et de traduction. La réalisatrice s’intéresse aux relations entre histoire et mémoire, politique et famille, dont la sienne, en témoignent Confrontations (1999) et Confession d’un jeune militant (2008). Florence Lazar est également photographe, elle enseigne à l’École Supérieure d’Art et de Design, Grenoble-Valence. L’aspect artistique de ses films est indissociable de leur dimension documentaire. L’œuvre de Florence Lazar a ceci de précieux qu’elle se garde de toute esthétisation, autrement dit elle n’idéalise pas les situations de conflits et ne cède à aucune exotisation de la parole. Les Paysans (2000) sur lequel porte l’article ci-dessous (écrit en partie en 2010 et repris en 2016) illustre particulièrement ces orientations.

lazar-les-paysans-2000

Continuer la lecture

L’art de la télépathie, l’art directement

abramovic et U

L’exposition Cosa mentale. Art et télépathie au XXe siècle met en lumière les relations étroites entre art et télépathie de la fin du XIXe siècle aux années 1960-70, autour de l’art conceptuel. Une installation de Fabrice Hyber, créée pour l’occasion, conclut le parcours. Elle fait ainsi partie d’un ensemble d’expositions et de parutions qui, depuis une dizaine d’années, prêtent une attention particulière aux relations entre art, science et spiritisme entre le XIXe et le XXe siècle. En témoignent notamment Hypnos. Images et inconscients en Europe 1900-1949 qui s’est tenue au musée d’Art moderne de Lille en 2009 ou encore, plus récemment, en 2012, L’Europe des esprits ou la fascination de l’occulte, 1750-1950, au musée d’art moderne de Strasbourg. L’exposition au Centre Pompidou-Metz propose un nouvel angle sur ces questions en s’attachant à une période qui va de 1882, date à laquelle fut créé le mot « télépathie », à l’art conceptuel. Elle donne également la place à quelques œuvres de l’art récent, dont les vitrines feutrées de Frédéric Vaësen qui présentent des photographies des années vingt censées reproduire des ectoplasmes. Continuer la lecture

Actualité des expositions. L’art de la télépathie au XXe siècle

hiller blue boy

L’exposition Cosa mentale. Les imaginaires de la télépathie dans l’art du XXe siècle explore deux aspects liés à la transmission lorsque celle-ci désigne l’action de faire passer quelque chose d’un lieu à un autre, d’un individu à un autre : la communication, d’une part, et la psychologie, voire la parapsychologie, d’autre part. L’originalité du point de vue développé dans cette exposition réside dans « une relecture de l’histoire de l’art de 1880 à nos jours, à la lumière de la fascination des artistes pour les modes de communication de la pensée ». Conçue par Pascal Rousseau, l’exposition prend pour point de départ « l’invention du terme télépathie, en 1882, quand l’étude de la psychologie se frotte aux récents développements des technologies du lien et de l’image » pour mieux examiner, par la suite, plusieurs moments au XXe siècle dans lesquels les artistes se montrent fascinés par l’ « idée d’un devenir télépathique ».

Du 28 octobre 2015 au 28 mars 2016, au Centre Pompidou Metz

Susan Hiller, Homage to Marcel Duchamp: Aura (Blue Boy), 2011. Courtesy l’artiste et Lisson Gallery @ Susan Hiller @ Adagp, Paris, 2015

Un navire de recherche artistique et pédagogique

Au printemps dernier, l’École européenne supérieure d’art de Bretagne (EESAB) a inauguré un programme  pédagogique résolument inédit, au sein d’un chalutier : atelier flottant et annexe de l’EESAB, le B.O.A.T.® (pour Boat Of Artistic Research Trip) développe des projets de recherches pour des étudiants et des enseignants de l’École, ainsi que des résidences et des expéditions. Plusieurs escales correspondant à autant d’étapes de travail sont prévues en 2015 et en 2016, de la Bretagne à l’Angleterre. 

En savoir plus sur le site de l’EESAB

TRANSMISSION, recréation et répétition. Exposition du 18 juin au 14 juillet 2015, Palais des Beaux-Arts, Paris

L’exposition qui se tient à l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris propose d’explorer la notion de transmission à partir de deux pratiques : la re-création, c’est-à-dire la copie de plâtres ou de tableaux de maîtres, et la répétition, c’est-à-dire la reprise d’un même geste jusqu’à l’obtention d’une maîtrise technique et artistique. Le choix des œuvres et des artistes exposés résulte de trois orientations. Pour la première, il s’agit d’associer de jeunes artistes, étudiants de l’École, à des artistes confirmés et à des artistes « historiques ». Pour la seconde, il s’agit de présenter l’œuvre d’artistes qui utilisent « le langage pédagogique », selon la formule de la commissaire Sarina Basta, dont l’oeuvre de John Baldessari, de Joseph Beuys, de Martha Rosler ou de Robert Filiou. En découle une section consacrée à Joseph Albers qui a notamment participé à l’aventure du Bauhaus et du Black Mountain College. Enfin l’ensemble Saisies du réel propose des œuvres et des objets du XVIe siècle à nos jours issus de la collection de l’École des Beaux-Arts, dont l’ancêtre est, on le sait, l’Académie royale de peinture et de sculpture. Signalons à ce propos l’anthologie des Conférences de l’Académie éditée par l’ENSBA depuis 2007, sous la direction de Jacqueline Lichtenstein et de Christian Michel. Continuer la lecture