Archives de catégorie : Actualités

Ulla von Brandenburg au musée des Beaux-Arts de Rennes : histoires de musées et « vie des formes »

Une grande tenture rouge, composée d’un quadrillage proche du trompe-l’œil puisque chaque partie évoque à la fois des marbrures et les plis d’un tissu, est suspendue au premier niveau du patio du musée de telle sorte qu’à partir du sol se forme une courbe devant laquelle prennent place neuf sculptures en plâtre ou en marbre, de part et d’autre de la largeur du tissu. Accueillies par ce grand carré d’étoffe dont la couleur a pâli suite à une précédente exposition dans un autre patio muséal au carroyage identique (celui du Palais de la Sécession, construit à Vienne, en Autriche, à la fin du XIXe siècle, pour soutenir un courant artistique désireux de rompre avec l’art officiel dominant), les sculptures blanches sont rassemblées de telle manière que si chacune d’entre elles prend un relief singulier, lequel est amplifié par l’absence du traditionnel socle, ce sont aussi les relations entre elles qui s’imposent. Continuer la lecture

« D’Antigone à Marianne. Rêves et réalités de la République dans les collections des Beaux-Arts », Exposition et catalogue

Plusieurs manifestations et groupes de recherche portent actuellement sur la république. Citons la dernière édition de Citéphilo intitulée « La République et l’universel[1] », tandis que l’Atelier de la Société française de philosophie est cette année centré sur « L’idée de République[2] ». Sous la direction d’Olivier Christin le Centre européen des études républicaines[3] (CEDRE) vient en outre de voir le jour. Du côté des arts visuels, l’École des Beaux-Arts de Paris, héritière de l’Académie royale de peinture et de sculpture, présente depuis le 24 février et ce jusqu’au 20 avril, une exposition qui retrace la manière dont, de 1789 à 1939, la pensée républicaine s’est développée chez les artistes et dans l’enceinte de ce lieu d’enseignement qui visera rapidement la méritocratie par le système de bourses et de concours. Marquée par la Révolution, d’où émergent les fondements de l’instruction publique, gratuite et laïque, ainsi que sur les autres moments révolutionnaires, cette période voit l’avènement de trois républiques où s’épanouiront différents courants artistiques ancrés dans le domaine social et dans le domaine politique. Continuer la lecture

Deuxième Conférence internationale sur la sécurité des écoles, 28-29 mars 2017

Après Oslo en 2015, c’est au tour de la ville de Buenos Aires d’accueillir la Conférence sur la sécurité des écoles. Elle s’y tiendra les 28 et 29 mars 2017. La France et le Canada viennent de rallier la Déclaration sur la sécurité dans les écoles, rejoignant ainsi 57 autres pays qui s’engagent notamment à lutter contre le détournement des écoles et des universités par les armées, dans le monde. Continuer la lecture

« Pour l’instant, la clairière est libre ». Vincennes, l’université perdue, un film de Virginie Linhart

LINHART vincennes © Agat Films & CieLe film que Virginie Linhart consacre à l’université de Vincennes s’ouvre et se referme sur une clairière verdoyante, celle-là même qui, à la suite de Mai 68, a accueilli une aventure intellectuelle sans pareille, pendant une douzaine d’années. La justesse du documentaire réside dans l’originalité de ce lieu choisi par l’auteur et que résume ainsi Hélène Cixous (de sa voix pleine et musicale) : « Ce vide n’est pas vide, il est saisissant (…) c’est un exemple unique dans l’histoire où archéologiquement, il n’y a rien. » Bâtie en peu de temps, à la faveur de quelques échanges téléphoniques, l’université est détruite tout aussi rapidement, pour renaître à Saint-Denis, là où se trouve toujours l’université Paris 8. Continuer la lecture

« Mon Œil ! » au BAL. Comment déjouer les théories du complot avec des chats

Dorechatbotte

Dans le cadre du programme Mon Œil ! de La Fabrique du regard qui, depuis 2008, développe des ateliers réunissant artistes, lycéens et professeurs, LE BAL vient de mettre en ligne une vidéo intitulée Révélation. La véritable identité des chats. Cette vidéo a été réalisée par William Laboury avec les élèves de Seconde Gestion Administration du Lycée Madeleine Vionnet de Bondy et Sakina Benazzouz, enseignante de lettres et d’histoire-géographie, professeure principale de la classe. Elle s’inscrit dans la thématique « Repenser l’histoire » qui a été choisie pour l’année 2015-2016 afin de permettre « aux lycéens d’interroger les enjeux de création, diffusion, réception des images fixes et en mouvement ». Avec humour et efficacité, ce film déconstruit les « mécanismes à l’œuvre dans les vidéos conspirationnistes ». Il s’agit de « transmettre aux élèves les outils de vérification des données, et ainsi éclairer leurs usages numériques. » Continuer la lecture

Étonnants voyageurs 2016. La voix des écrivains et des artistes : « Une boussole, dans ce tumulte »

L’intellectuel et le débat public

Outre le fait que la richesse, la qualité et l’originalité de sa programmation de films et de conférences ouvrent un vaste champ de réflexion, qui correspond par ailleurs à d’incontestables attentes, en témoigne l’extraordinaire affluence de festivaliers, l’édition 2016 d’Étonnants Voyageurs offre l’occasion de s’interroger sur les relations actuelles entre littérature et sciences sociales. La journée du dimanche 15 mai l’illustre avec générosité. Non sans courage et acuité, l’équipe du festival s’est en effet saisi d’une actualité encore brûlante : la tribune[1] que des chercheurs ont publiée dans Le Monde en février dernier, dans laquelle ils s’attaquent à l’article de Kamel Daoud intitulé « Cologne, lieu de fantasmes »[2]. Continuer la lecture

Actualité des parutions : aux fondements de l’école et de la démocratie républicaines

Huma 2 aout 1904 bd

L’anthologie proposée par Vincent Duclert, La République, ses valeurs, son école. Corpus historique, philosophique et juridique, s’avère passionnante et indispensable pour qui veut comprendre les fondements de l’école et de la démocratie républicaines. L’ouvrage aborde la République par un ensemble de textes réunis suivant trois parties : « Un régime de droit et de liberté », « Un idéal démocratique, une nation politique », « Une ambition pour l’école ». Il présente un vaste corpus qui « souligne les processus d’appropriation de la démocratie républicaine par la société, par la pensée, par la conscience, par l’art, par la connaissance » (p. 7). Il rassemble les textes attendus mais non moins fondamentaux de Ferdinand Buisson, Condorcet, Olympe de Gouges, Jean Jaurès, Louise Michel, Jules Ferry, Jean Zay, qui entrent en dialogue de manière originale, avec une lettre de Charles Baudelaire, des écrits de Charles Péguy, tout en offrant une place à la philosophie du XVIIIe siècle (Diderot, Kant, Montesquieu, Rousseau) ainsi qu’aux grands écrivains et penseurs du XIXe (Victor Hugo, Émile Zola) et du XXe (Henri Bergson, Albert Camus, René Char).

Continuer la lecture

Actualité des parutions : de l’origine, « lire des commencements »

Les XXIes entretiens de la Garenne-Lemot, récemment publiés aux Presses Universitaires de Rennes, ont affronté la question de l’origine, qui « libère du commencement ». Si les arts, la science mais aussi nos vies prennent en partie sens dans l’idée d’origine, celle-ci, en tant que mythe, déliée d’un repère temporel, n’engage-t-elle pas alors un risque, celui de « l’idolâtrie du prétendu fondement » ? L’un des chapitres de L’Avenir des anciens de Pierre Judet de La Combe s’attache précisément à la manière de « lire des commencements », ceux d’Homère et de Virgile. L’auteur s’interroge sur la place actuelle qu’il convient d’accorder à ces « lointains parents d’adoption » que sont les Grecs anciens, autrement dit à la transmission du latin et du grec. Et de défendre la position suivante : il s’agit de considérer « l’enseignement des grands textes antiques et de leurs langues à l’école (comme) un étonnant outil d’émancipation et de démocratisation ».

Continuer la lecture

Actualité des expositions. L’art de la télépathie au XXe siècle

hiller blue boy

L’exposition Cosa mentale. Les imaginaires de la télépathie dans l’art du XXe siècle explore deux aspects liés à la transmission lorsque celle-ci désigne l’action de faire passer quelque chose d’un lieu à un autre, d’un individu à un autre : la communication, d’une part, et la psychologie, voire la parapsychologie, d’autre part. L’originalité du point de vue développé dans cette exposition réside dans « une relecture de l’histoire de l’art de 1880 à nos jours, à la lumière de la fascination des artistes pour les modes de communication de la pensée ». Conçue par Pascal Rousseau, l’exposition prend pour point de départ « l’invention du terme télépathie, en 1882, quand l’étude de la psychologie se frotte aux récents développements des technologies du lien et de l’image » pour mieux examiner, par la suite, plusieurs moments au XXe siècle dans lesquels les artistes se montrent fascinés par l’ « idée d’un devenir télépathique ».

Du 28 octobre 2015 au 28 mars 2016, au Centre Pompidou Metz

Susan Hiller, Homage to Marcel Duchamp: Aura (Blue Boy), 2011. Courtesy l’artiste et Lisson Gallery @ Susan Hiller @ Adagp, Paris, 2015

Actualité des parutions (littérature) : des « déshéritages » à la transmission comme « zone mise en danger »

Avec Lire dans la gueule du loup. Essai sur une zone à défendre, la littérature, Hélène Merlin-Kajman propose de répondre à « la crise de la littérature dans les sociétés démocratiques », en mettant au cœur du débat la question de la transmission de la littérature : « Parler d’elle, c’est défendre une zone mise en danger : celle de sa transmission ». Cette parution offre l’occasion de signaler les ouvrages récents qui se sont penchés sur le tissu notionnel qu’engage la littérature dans son rapport à la transmission tant d’un point de vue historique, narratif que poétique. C’est la notion d’héritage littéraire qui est explorée de part et d’autre de la Révolution française dans un ouvrage dirigé par Franziska Meier, Brigitte Diaz et Francine Wild, Les Héritages littéraires dans la littérature française (XVIe-XXe siècle), tandis que la notion de transmission entre en dialogue avec celle de filiation et d’héritage en prenant comme point de départ l’Ancien Régime et les Lumières dans Héritage, filiation, transmission. Configurations littéraires (XVIIIe-XXIe siècles), dirigé par Christian Chelebourg, David Martens et Myriam Watthee-Delmotte. Les auteurs considèrent l’héritage comme une notion première : « En littérature, son traitement se révèle capital : on ne peut écrire sans transmettre et, du même coup, on s’inscrit dans une filiation quand ce ne serait que pour s’y inscrire en faux. » Vincent Kaufmann opère un geste bien plus radical en mettant en lumière les processus de déshéritages à l’œuvre chez plusieurs écrivains dont Stéphane Mallarmé ou Francis Ponge : « En fin de compte, s’il y a quelque chose qui se transmet, c’est cela : la passion de l’interruption, de la discontinuité, la table rase de ceux qui naissent plus ou moins ruinés et qui s’arriment à leurs ruines pour en émerger dans leur singularité, pour nous donner à lire la liberté qu’ils ont su y trouver » (Déshéritages). L’objet de la transmission qui se dégage de l’oeuvre de Dante offre l’occasion pour l’historien Patrick Boucheron de défendre la nécessité actuelle d’une « politique de la transmission des savoirs » : c’est en effet à un « banquet des savoirs » que le poète conviait ceux qui « pour des raisons familiales ou sociales sont restés sur leur faim ». La forme et la visée de cet ouvrage se confondent donc avec l’objet même de la réflexion qui y est menée puisque cet Éloge dantesque de la transmission est la retranscription de la conférence inaugurale de rentrée prononcée aux universités de Pau et de Bordeaux. 

Continuer la lecture

TRANSMISSION, recréation et répétition. Exposition du 18 juin au 14 juillet 2015, Palais des Beaux-Arts, Paris

L’exposition qui se tient à l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris propose d’explorer la notion de transmission à partir de deux pratiques : la re-création, c’est-à-dire la copie de plâtres ou de tableaux de maîtres, et la répétition, c’est-à-dire la reprise d’un même geste jusqu’à l’obtention d’une maîtrise technique et artistique. Le choix des œuvres et des artistes exposés résulte de trois orientations. Pour la première, il s’agit d’associer de jeunes artistes, étudiants de l’École, à des artistes confirmés et à des artistes « historiques ». Pour la seconde, il s’agit de présenter l’œuvre d’artistes qui utilisent « le langage pédagogique », selon la formule de la commissaire Sarina Basta, dont l’oeuvre de John Baldessari, de Joseph Beuys, de Martha Rosler ou de Robert Filiou. En découle une section consacrée à Joseph Albers qui a notamment participé à l’aventure du Bauhaus et du Black Mountain College. Enfin l’ensemble Saisies du réel propose des œuvres et des objets du XVIe siècle à nos jours issus de la collection de l’École des Beaux-Arts, dont l’ancêtre est, on le sait, l’Académie royale de peinture et de sculpture. Signalons à ce propos l’anthologie des Conférences de l’Académie éditée par l’ENSBA depuis 2007, sous la direction de Jacqueline Lichtenstein et de Christian Michel. Continuer la lecture

L’amour des commencements. Carnet nomade

« L’amour des commencements », Carnet nomade, par Colette Fellous

samedi 20 juin 2015, France Culture

L’amour des commencements est le titre d’un ouvrage de J.-B. Pontalis, dont les œuvres rassemblées viennent de paraître dans un volume de la collection Quarto. On entendra ainsi l’écrivain Antoine Billot, qui a contribué à cette édition, évoquer, avec Colette Fellous, l’infans scriptor que tout écrivain recherche, selon J.-B. Pontalis, dont l’œuvre accorde une place majeure à l’inachèvement. L’amour des commencements se confondrait alors avec celui de l’inachèvement. Cet entretien est le second de l’émission, qui débute avec le peintre Richard Texier, auteur d’un premier roman : Nager. Richard Texier fait partie « de ceux qui pourraient mettre en épitaphe : il n’aimait que les commencements ». Il fait part du « commencement d’une aventure » artistique : la rencontre avec un tableau de Tanguy, « une œuvre sans horizon » qui est une « méthode », un « territoire », et qui lui fournit d’emblée une direction. Il participe d’un « principe d’enlacement », une manière de nommer l’expérience de la rencontre, qui élargit nos vies. L’eau, la mer, présentes dans l’œuvre de J.-B. Pontalis, comme le rappelle Colette Fellous (« La vie s’éloigne, mais elle revient », Marée basse, marée haute), et de Richard Texier, le sont également dans La Triomphante, premier roman de Teresa Cremisi. Les commencements sont alors comparés à de véritables « plongeons ».

Écouter l’émission sur le site de France Culture

Réforme du collège 2016. Points de vue d’enseignants, de chercheurs et d’enseignants-chercheurs

Cette rubrique propose d’aborder le débat sur la réforme du collège 2016 en recensant les contributions (articles, tribunes et entretiens) des enseignants, des chercheurs et des enseignants-chercheurs dans les médias (radio, télévision, presse écrite). Les blogs hébergés par des médias n’y figurent pas, de même ne sont pas mentionnées les tribunes et rubriques régulières tenues par des enseignants dans la presse.

Réforme du collège : lettre ouverte de 200 professeurs à François Hollande, collectif – Le Figaro, 22 janvier 2016.

Une réforme du collège? Non, une contre-réforme, collectifLe JDD, 4 octobre 2015

Ce qu’on doit au grec et au latin, par Alexandre Gefen (CNRS) – Marianne, 31 juillet 2015

Les cultures antiques contre les intégrismes, par Barbara Cassin (philosophe, CNRS) et Florence Dupont (latiniste, hélléniste, université Paris VII, centre Louis Gernet), appel publié sur le site de Libération, 14 juin 2015

Quelle école veut-on ? Le collège, un chantier prometteur, entretien avec Marie-Duru Bellat (sociologue, Science Po) par Vincent Rémy ; « Il est nécessaire que l’esprit des Lumières soit transmis à l’école »entretien avec Dominique Schnapper (sociologue, EHESS), propos recueillis par Marion Rousset – Télérama, n°3411, du 30 mai au 5 juin 2015.

Continuer la lecture