Archives de catégorie : A l’écoute de la transmission

The xx : douceur et gravité du duo

« En ces temps incertains, on espère que toute la joie et l’amour qu’on a mis en le composant trouveront son chemin dans notre monde, aussi mince soit-il[1] », écrit le très en vogue trio londonien The xx pour annoncer la sortie de leur troisième disque intitulé I see you. Pour traduire cette appréciation du monde contemporain et l’importance qu’il convient d’accorder à l’art et au beau, le groupe de pop-rock, versé dans l’électro minimaliste, s’attache notamment à la fragilité du sentiment amoureux, thème qui prend ici de l’épaisseur, en toute sobriété, sans mièvrerie aucune, dans le duo. Continuer la lecture

« Pour l’instant, la clairière est libre ». Vincennes, l’université perdue, un film de Virginie Linhart

LINHART vincennes © Agat Films & CieLe film que Virginie Linhart consacre à l’université de Vincennes s’ouvre et se referme sur une clairière verdoyante, celle-là même qui, à la suite de Mai 68, a accueilli une aventure intellectuelle sans pareille, pendant une douzaine d’années. La justesse du documentaire réside dans l’originalité de ce lieu choisi par l’auteur et que résume ainsi Hélène Cixous (de sa voix pleine et musicale) : « Ce vide n’est pas vide, il est saisissant (…) c’est un exemple unique dans l’histoire où archéologiquement, il n’y a rien. » Bâtie en peu de temps, à la faveur de quelques échanges téléphoniques, l’université est détruite tout aussi rapidement, pour renaître à Saint-Denis, là où se trouve toujours l’université Paris 8. Continuer la lecture

L’amour des commencements. Carnet nomade

« L’amour des commencements », Carnet nomade, par Colette Fellous

samedi 20 juin 2015, France Culture

L’amour des commencements est le titre d’un ouvrage de J.-B. Pontalis, dont les œuvres rassemblées viennent de paraître dans un volume de la collection Quarto. On entendra ainsi l’écrivain Antoine Billot, qui a contribué à cette édition, évoquer, avec Colette Fellous, l’infans scriptor que tout écrivain recherche, selon J.-B. Pontalis, dont l’œuvre accorde une place majeure à l’inachèvement. L’amour des commencements se confondrait alors avec celui de l’inachèvement. Cet entretien est le second de l’émission, qui débute avec le peintre Richard Texier, auteur d’un premier roman : Nager. Richard Texier fait partie « de ceux qui pourraient mettre en épitaphe : il n’aimait que les commencements ». Il fait part du « commencement d’une aventure » artistique : la rencontre avec un tableau de Tanguy, « une œuvre sans horizon » qui est une « méthode », un « territoire », et qui lui fournit d’emblée une direction. Il participe d’un « principe d’enlacement », une manière de nommer l’expérience de la rencontre, qui élargit nos vies. L’eau, la mer, présentes dans l’œuvre de J.-B. Pontalis, comme le rappelle Colette Fellous (« La vie s’éloigne, mais elle revient », Marée basse, marée haute), et de Richard Texier, le sont également dans La Triomphante, premier roman de Teresa Cremisi. Les commencements sont alors comparés à de véritables « plongeons ».

Écouter l’émission sur le site de France Culture