Archives de l’auteur : Nadia Fartas

A propos d'”Ouvrir la voie à une justice sociale”, de Teresa Margolles

Cet été, au centre d’art La Criée, à Rennes, l’exposition At the Gates présentait un ensemble d’œuvres centré sur l’universalité des droits des femmes et sur les violences qui détruisent les femmes. Avec « Ouvrir la voie à une justice sociale »  Teresa Margolles met en avant la solidarité.
Continuer la lecture

Comment transmettre le militantisme ? À propos de Florence Lazar et de l’exposition « Tu crois que la terre est chose morte… »

Comment transmettre le militantisme ? Cette interrogation pourrait résumer à elle seule l’œuvre que Florence Lazar construit depuis une vingtaine d’années.

Continuer la lecture

Mépris de classe version « feel good »

De retour de ma librairie, je découvre qu’une brochure a été glissée dans le sac contenant les livres. Il s’agit des premières pages issues de La Cerise sur le gâteau, roman d’Aurélie Valognes, dont je découvre l’existence bien qu’elle soit « l’auteure préférée des Français », comme il est précisé sur la couverture de ladite brochure. La quatrième de couverture donne le ton : le roman met en scène Bernard et Brigitte (« couple solide depuis 37 ans ») qui vont être confrontés à un « drame », la retraite de monsieur qui n’a pas envie de « troquer ses costumes contre des pantoufles ». Et le texte de s’achever sur cette mystérieuse question : « Et si la retraite n’était pas un long fleuve tranquille ? ».  Continuer la lecture

Discriminations, invisibilité et “invisibilisation de la pensée des femmes”

Plusieurs tribunes importantes viennent récemment de paraître dans la presse. Elles dénoncent les discriminations envers les femmes dans le monde universitaire, le peu de place qui leur est donnée aux postes de décisions. Déterminantes, elles mettent en lumière la banalisation du sexisme et le blocage des parcours et des savoirs qui en découlent. Continuer la lecture

“Aller vers l’universalisant”, Wassyla Tamzali aux Rencontres de Pétrarque 2018

La conférence inaugurale des Rencontres de Pétrarque (« Hommes-femmes, des lendemains qui changent ») fut cette année confiée à Wassyla Tamzali, écrivaine algérienne qui après une carrière d’avocate à Alger (1966-1977) mit ses compétences pour la défense des droits des femmes au service de l’Unesco puis d’autres groupes et structures, comme le Collectif Maghreb Egalité. La conférence, qui a pour objet l’année MeToo, est l’occasion pour la militante et intellectuelle de préciser la nature de son engagement et d’en restituer les fondements : « Si j’arrive à savoir où j’en suis et savoir où je suis tout en étant toujours ailleurs c’est parce que, au fond, j’ai une ligne, j’ai un cap », lequel cap correspond à « un vieux mot, honni, qu’on a jeté un peu à la poubelle un peu partout ». Il s’agit de l’universalisme. Continuer la lecture

Compte rendu. Dominique Schnapper, La République aux 100 cultures

La République aux 100 cultures réunit un ensemble d’articles, parus entre 2006 et 2015, dans lesquels la sociologue Dominique Schnapper analyse les fondements et le fonctionnement du « modèle républicain », lequel désigne « l’intégration, au sens actif ou historique du terme, autour d’un projet politique, né des valeurs incarnées par la Révolution et fondé sur le principe et, jusqu’à un certain point, sur la pratique de la citoyenneté individuelle » (p. 10). Continuer la lecture

Nouvelle rubrique : universel, particulier, général, singulier

Dans cette rubrique on entend rendre compte de la manière dont philosophes, sociologues, historiens, artistes et écrivains contribuent à penser rigoureusement les relations entre l’universel, le particulier, le singulier et le général, à un moment où, d’un point de vue médiatique et intellectuel, les soupçons envers l’universel dominent, en raison de certaines confusions d’ordre historique et conceptuel.

Ulla von Brandenburg au musée des Beaux-Arts de Rennes : histoires de musées et « vie des formes »

Une grande tenture rouge, composée d’un quadrillage proche du trompe-l’œil puisque chaque partie évoque à la fois des marbrures et les plis d’un tissu, est suspendue au premier niveau du patio du musée de telle sorte qu’à partir du sol se forme une courbe devant laquelle prennent place neuf sculptures en plâtre ou en marbre, de part et d’autre de la largeur du tissu. Accueillies par ce grand carré d’étoffe dont la couleur a pâli suite à une précédente exposition dans un autre patio muséal au carroyage identique (celui du Palais de la Sécession, construit à Vienne, en Autriche, à la fin du XIXe siècle, pour soutenir un courant artistique désireux de rompre avec l’art officiel dominant), les sculptures blanches sont rassemblées de telle manière que si chacune d’entre elles prend un relief singulier, lequel est amplifié par l’absence du traditionnel socle, ce sont aussi les relations entre elles qui s’imposent. Continuer la lecture