Archives de l’auteur : Nadia Fartas

« Dans la langue d’Ecoldar ». A propos d’« Ecoldar. Portrait d’une île », de Christine Lapostolle

Les fictions sur l’art, très présentes au XIXsiècle, constituent un genre à part entière. L’actualité artistique est aujourd’hui susceptible  de constituer un argument à la fois littéraire et commercial : la parution d’un roman sur tel artiste peut par exemple coïncider avec l’ouverture d’une exposition monographique consacrée à cette personnalité. Du reste, biographies et fictions sur l’art reprennent de la vigueur depuis quelques années. Le nouvel ouvrage de Christine Lapostolle s’inscrit dans cette lignée mais en ouvrant une voie inédite puisqu’il s’agit pour l’auteure de porter son attention sur la transmission et l’enseignement à partir de sa longue expérience de professeure d’histoire de l’art et de culture générale dans une école d’art du Finistère. Continuer la lecture

Nouvelle rubrique : Réformes et sélection

La réforme de l’accès à l’Université (loi ORE, plateforme d’inscription Parcoursup), qui coïncide avec les commémorations de Mai 1968, a remis la notion de sélection au coeur des débats. On trouvera dans cette rubrique, qui sera progressivement enrichie, un choix d’ouvrages, d’articles ou de films qui éclairent l’histoire des réformes de l’université ainsi que, à travers certains concepts et phénomènes (élite, égalité, mobilité sociale, reproduction sociale, plafond de verre, hiérarchie des disciplines etc.), les problèmes et questions d’ordre politique, culturel, sociologique et philosophique que la sélection engage. Continuer la lecture

Mise en ligne d’écrits sur l’art et sur l’enseignement de l’art : Ancien Régime et Révolution française

On trouvera sur le site de la revue Perspectivia (Max Weber Stiftung) les volumes édités en 2006 par Jacqueline Lichtenstein et Christian Michel réunissant les conférences de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Les six ouvrages publiés par l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris retracent la diversité des débats qui se sont tenus entre 1648 et 1792 et qui ont notamment porté sur le dessin et le coloris. Continuer la lecture

Penser le commencement et la transmission : quelques réflexions sur les écrits de Kamel Daoud

Avec Zabor ou les psaumes, Kamel Daoud affirme de nouveau, et avec la puissance du lyrisme, une pensée humaniste, laquelle se révèle, d’une part, dans une passion pour les langues et la littérature entre l’Algérie et la France, et d’autre part, dans une critique féroce mais fine des coutumes, des normes sociales et des injonctions religieuses qui violentent les corps, les êtres humains et sacrifient les femmes. Continuer la lecture

Lire vraiment les écrits de Judith Butler : la lecture critique de Sabine Prokhoris

Le titre de l’ouvrage que Sabine Prokhoris consacre à la lecture très critique, car très informée et argumentée, de la pensée de Judith Butler est emprunté aux Provinciales de Pascal, lequel nommait « docteur grave » tout jésuite qui, suivant son propre intérêt et les possibilités offertes par la casuistique, donnait crédit à une opinion en la scellant, avec complaisance, du poids de son autorité. C’est aussi dans ces mêmes pages que Pascal explique en quoi le recours à la « moquerie » est nécessaire afin « de faire revenir les hommes de leurs égarements ». Sabine Prokhoris s’en souvint lorsqu’elle se mit à mesurer combien la lecture rapprochée des écrits de Judith Butler, qu’elle n’avait en fait jamais menée, la conduisait moins à « discuter une pensée qu’[à] démonter une imposture ». La virulence de la critique, soutient la philosophe et psychanalyste, est à la hauteur de « l’enflure mystifiante du discours butlérien » (p. 41) qui est cautionné par tout un pan du milieu académique. Continuer la lecture

Nouvelle rubrique : Esprit critique, es-tu là ?

L’exercice critique s’attache à distinguer avec précision les différents éléments qui constituent une œuvre d’art ou la pensée d’un intellectuel afin d’en déterminer la portée, c’est-à-dire la part de singularité et d’universalité. Plus largement, la formule « esprit critique » vient désigner la démarche adoptée par toute personne qui cherche à interroger le monde dans lequel elle vit. S’opposant aux préjugés et aux dogmes, le cheminement critique est ainsi au fondement de la connaissance : il vise l’examen tout autant que le débat dès lors qu’il engage un jugement. Si la démarche critique implique des méthodes, suivant les domaines (art, littérature, philosophie, sociologie, anthropologie) auxquels elle s’adosse, de quelle manière et à quels moments la question de sa pratique et de sa transmission a-t-elle pu s’imposer ? Quelles limites rencontre-t-elle ? En se demandant comment l’esprit critique se transmet et, en retour, comment la transmission des savoirs s’effectue par la critique, cette rubrique vise ainsi à cerner les enjeux de la critique dans l’histoire de la pensée jusque dans notre actualité.

 

« D’Antigone à Marianne. Rêves et réalités de la République dans les collections des Beaux-Arts », Exposition et catalogue

Plusieurs manifestations et groupes de recherche portent actuellement sur la république. Citons la dernière édition de Citéphilo intitulée « La République et l’universel[1] », tandis que l’Atelier de la Société française de philosophie est cette année centré sur « L’idée de République[2] ». Sous la direction d’Olivier Christin le Centre européen des études républicaines[3] (CEDRE) vient en outre de voir le jour. Du côté des arts visuels, l’École des Beaux-Arts de Paris, héritière de l’Académie royale de peinture et de sculpture, présente depuis le 24 février et ce jusqu’au 20 avril, une exposition qui retrace la manière dont, de 1789 à 1939, la pensée républicaine s’est développée chez les artistes et dans l’enceinte de ce lieu d’enseignement qui visera rapidement la méritocratie par le système de bourses et de concours. Marquée par la Révolution, d’où émergent les fondements de l’instruction publique, gratuite et laïque, ainsi que sur les autres moments révolutionnaires, cette période voit l’avènement de trois républiques où s’épanouiront différents courants artistiques ancrés dans le domaine social et dans le domaine politique. Continuer la lecture

Deuxième Conférence internationale sur la sécurité des écoles, 28-29 mars 2017

Après Oslo en 2015, c’est au tour de la ville de Buenos Aires d’accueillir la Conférence sur la sécurité des écoles. Elle s’y tiendra les 28 et 29 mars 2017. La France et le Canada viennent de rallier la Déclaration sur la sécurité dans les écoles, rejoignant ainsi 57 autres pays qui s’engagent notamment à lutter contre le détournement des écoles et des universités par les armées, dans le monde. Continuer la lecture

The xx : douceur et gravité du duo

« En ces temps incertains, on espère que toute la joie et l’amour qu’on a mis en le composant trouveront son chemin dans notre monde, aussi mince soit-il[1] », écrit le très en vogue trio londonien The xx pour annoncer la sortie de leur troisième disque intitulé I see you. Pour traduire cette appréciation du monde contemporain et l’importance qu’il convient d’accorder à l’art et au beau, le groupe de pop-rock, versé dans l’électro minimaliste, s’attache notamment à la fragilité du sentiment amoureux, thème qui prend ici de l’épaisseur, en toute sobriété, sans mièvrerie aucune, dans le duo. Continuer la lecture

Le témoignage dans Les Paysans de Florence Lazar : le seuil de l’adresse

Florence Lazar a réalisé plusieurs films en Bosnie, Croatie, Serbie, ex-Yougoslavie ainsi qu’au Monténégro. Ils ont pour point commun de porter sur les enjeux de la transmission, lesquels sont souvent liés à des questions de langue et de traduction. La réalisatrice s’intéresse aux relations entre histoire et mémoire, politique et famille, dont la sienne, en témoignent Confrontations (1999) et Confession d’un jeune militant (2008). Florence Lazar est également photographe, elle enseigne à l’École Supérieure d’Art et de Design, Grenoble-Valence. L’aspect artistique de ses films est indissociable de leur dimension documentaire. L’œuvre de Florence Lazar a ceci de précieux qu’elle se garde de toute esthétisation, autrement dit elle n’idéalise pas les situations de conflits et ne cède à aucune exotisation de la parole. Les Paysans (2000) sur lequel porte l’article ci-dessous (écrit en partie en 2010 et repris en 2016) illustre particulièrement ces orientations.

lazar-les-paysans-2000

Continuer la lecture

Victor Hugo et « l’œil de l’État laïque »

hugo-rocher-des-proscritsAvec Lamartine et Chateaubriand, Victor Hugo occupe une place résolument singulière parmi les grandes figures intellectuelles puisqu’il fut autant écrivain qu’homme politique et ce, sans demi-mesure. Son engagement n’est pas restreint au seul domaine de l’art, il est au service de toutes les arènes et de toutes les questions à même d’asseoir progressisme et principes républicains. Aussi en tant que pair de France (1845-1848), député (1848-1851, 1871-1876) et sénateur (1876-1885) défend-il le suffrage universel, l’enseignement laïque, les droits des femmes et l’abolition de la peine de mort. Continuer la lecture

Condorcet, l’instruction publique et la naissance du citoyen, de Catherine Kintzler : le droit à l’égalité, le droit à la connaissance

esquisse-gallicaOutre le fait qu’il offre une analyse limpide, rigoureuse et non moins passionnante de l’œuvre de Condorcet, dont l’apport est considérable, l’ouvrage que Catherine Kintzler consacre au philosophe et mathématicien est capital par les éclairages conceptuels qu’il vise. Il s’avère particulièrement précieux pour qui veut appréhender d’un point de vue philosophique les débats et les problèmes actuels qui portent sur la citoyenneté, l’identité, ou la transmission. La raison, le progrès, l’égalité et le citoyen prennent consistance sous l’angle de la théorie de l’Instruction publique conduite par Condorcet. Tout commence par un problème que le philosophe s’engage à relever dans le contexte de la Révolution française : comment concilier suffrage et vérité ? Continuer la lecture

« Pour l’instant, la clairière est libre ». Vincennes, l’université perdue, un film de Virginie Linhart

LINHART vincennes © Agat Films & CieLe film que Virginie Linhart consacre à l’université de Vincennes s’ouvre et se referme sur une clairière verdoyante, celle-là même qui, à la suite de Mai 68, a accueilli une aventure intellectuelle sans pareille, pendant une douzaine d’années. La justesse du documentaire réside dans l’originalité de ce lieu choisi par l’auteur et que résume ainsi Hélène Cixous (de sa voix pleine et musicale) : « Ce vide n’est pas vide, il est saisissant (…) c’est un exemple unique dans l’histoire où archéologiquement, il n’y a rien. » Bâtie en peu de temps, à la faveur de quelques échanges téléphoniques, l’université est détruite tout aussi rapidement, pour renaître à Saint-Denis, là où se trouve toujours l’université Paris 8. Continuer la lecture

« Mon Œil ! » au BAL. Comment déjouer les théories du complot avec des chats

Dorechatbotte

Dans le cadre du programme Mon Œil ! de La Fabrique du regard qui, depuis 2008, développe des ateliers réunissant artistes, lycéens et professeurs, LE BAL vient de mettre en ligne une vidéo intitulée Révélation. La véritable identité des chats. Cette vidéo a été réalisée par William Laboury avec les élèves de Seconde Gestion Administration du Lycée Madeleine Vionnet de Bondy et Sakina Benazzouz, enseignante de lettres et d’histoire-géographie, professeure principale de la classe. Elle s’inscrit dans la thématique « Repenser l’histoire » qui a été choisie pour l’année 2015-2016 afin de permettre « aux lycéens d’interroger les enjeux de création, diffusion, réception des images fixes et en mouvement ». Avec humour et efficacité, ce film déconstruit les « mécanismes à l’œuvre dans les vidéos conspirationnistes ». Il s’agit de « transmettre aux élèves les outils de vérification des données, et ainsi éclairer leurs usages numériques. » Continuer la lecture

Étonnants voyageurs 2016. La voix des écrivains et des artistes : « Une boussole, dans ce tumulte »

L’intellectuel et le débat public

Outre le fait que la richesse, la qualité et l’originalité de sa programmation de films et de conférences ouvrent un vaste champ de réflexion, qui correspond par ailleurs à d’incontestables attentes, en témoigne l’extraordinaire affluence de festivaliers, l’édition 2016 d’Étonnants Voyageurs offre l’occasion de s’interroger sur les relations actuelles entre littérature et sciences sociales. La journée du dimanche 15 mai l’illustre avec générosité. Non sans courage et acuité, l’équipe du festival s’est en effet saisi d’une actualité encore brûlante : la tribune[1] que des chercheurs ont publiée dans Le Monde en février dernier, dans laquelle ils s’attaquent à l’article de Kamel Daoud intitulé « Cologne, lieu de fantasmes »[2]. Continuer la lecture