Annonces

 

  • Enseigner la littérature en questionnant les valeurs, colloque, 21-23 novembre 2017, Université Grenoble-Alpes

Défendre et promouvoir les valeurs de la République est à l’ordre du jour, à une époque où le déchaînement de la violence terroriste et son onde de choc sur le public scolaire ont replacé la question de l’éducation à la citoyenneté au centre des préoccupations éducatives. La réflexion collective dans un premier temps s’est centrée  autour des questions de la pédagogie de la laïcité à l’école et de l’enseignement du fait religieux, comme en témoigne le colloque interdisciplinaire « Transmission des valeurs de la République », qui s’est tenu à l’ESPE de Lyon en juillet 2015. En 2016 c’est « la fraternité en éducation et l’éducation  à la fraternité » qui a fait l’objet d’une réflexion interdisciplinaire lors d’un colloque organisé par le laboratoire LIRDEF à l’Université Montpellier II.

Or il est une question plus générale, qui dépasse de loin le cadre des croyances affichées et leur manifestation du moment : la nécessité d’une formation des élèves à une posture éthique d’interprète, quels que soient les discours auxquels ils ont affaire. Cette question ne se réduit pas à celle de l’éducation aux médias, même si cette dernière s’avère également nécessaire. Il s’agit d’une préoccupation d’ordre politique, en ce qu’elle réintroduit la question de l’effet de vérité des textes et la question des valeurs que le lecteur actualise à leur contact. Depuis une trentaine d’années, en France, ces questions restent trop souvent délaissées par l’école, qui favorise plutôt une certaine neutralité axiologique, le refuge dans une approche formaliste de la littérature, quitte à donner aux élèves le sentiment de l’absence de sens actuel face aux textes du passé. Une telle posture pourrait bien se révéler sur le long terme plus périlleuse pour l’institution, qu’un affrontement sérieux avec ces questions. Car l’on assiste à un phénomène de fond d’une toute autre ampleur : une sourde sécession à l’égard de la discipline des lettres, qui est de moins en moins perçue comme une école d’humanité.

En savoir plus sur Fabula : http://www.fabula.org/actualites/colloque-intenational-enseigner-la-litterature-en-questionnant-les-valeurs_74870.php

 

  • L’Université et le politique / Die Universität und das Politische. Professeurs, étudiants et pouvoirs publics en Europe (1848-1945), journée d’étude, Université Goethe de Francfort/Main (Allemagne), Institut franco-allemand/Sciences historiques et sociales (IFRA-SHS), jeudi 7 et vendredi 8 juin 2018, appel à communication (date limite de réception des propositions : 15 janvier 2018)

Il y a un siècle, le 7 novembre 1917, Max Weber prononçait à Munich sa célèbre conférence sur « la science comme profession-vocation », principalement devant des étudiants. Le texte qui en est issu, paru deux ans plus tard, est aujourd’hui toujours très commenté et finement analysé. Bien qu’il traite principalement de la situation allemande, en la mettant dans les premières pages au miroir des États-Unis, Weber évoque des problématiques pouvant être généralisées à d’autres pays, ainsi à propos des carrières universitaires, la précarité du statut de Privatdozent et les discriminations antisémites. Au-delà de la « neutralité axiologique », Weber y pense, et nous invite encore à penser, les liens entre université et politique.

Cette journée d’études souhaite, sur la période d’un siècle allant des révolutions de 1848 à la fin de la Seconde Guerre mondiale, interroger la relation entre l’université et le politique, en mettant l’accent sur les individus et les groupes. Il s’agira de réfléchir aux liens multiples entre acteurs du champ universitaire, qu’ils enseignent, étudient ou administrent, et acteurs du champ politique, dans l’espace européen[1]. Une problématique centrale que cette journée d’études propose de questionner est celle de l’autonomie du champ universitaire, de sa constitution et de son éventuelle limitation, par rapport au champ politique, dans une période où l’institution universitaire est en pleine expansion et transformée par la formation de nouvelles disciplines, liée professionnalisation et la spécialisation des métiers scientifiques et intellectuels, bien qu’à des degrés et selon des modalités variables entre les pays d’Europe[2]. L’intégration de ces nouvelles disciplines et professions au système universitaire mais également leur instrumentalisation par le pouvoir politique pourront ainsi être questionnées.

En savoir plus sur Calenda http://calenda.org/422445

 

  • Il faut éduquer les enfants : ambivalence de l’idéologie de l’éducation, conjonctures critiques, expérimentations, colloque, Liège, appel à communication (date limite de réception des propositions : 30 novembre 2017)

Le colloque « Il faut éduquer les enfants : ambivalences de l’idéologie de l’éducation, conjonctures critiques, expérimentations » propose d’aborder de front les ambivalences constitutives de l’éducation à l’époque moderne, en s’appuyant sur les conjonctures historiques au cours desquelles « l’idéologie de l’éducation » s’est trouvée à la fois instituée et mise en question.

Suivant une suggestion de Pierre-François Moreau, on entend par « idéologie de l’éducation » un ensemble complexe et apparemment contradictoire de discours, de représentations, de rapports affectifs et d’institutions qui, du 18e siècle à nos jours, a procédé à l’identification de l’enfant comme « moindre sujet », déterminé sur le mode du « pas encore », qu’il faut par conséquent inscrire dans un parcours éducatif approprié. Au delà des débats et controverses sur la « crise de l’éducation » et sur les solutions – politiques, sociales, pédagogiques et didactiques – supposées la résoudre, le colloque souhaite s’inscrire dans une perspective résolument critique à l’égard de l’idée même d’éducation : peut-on adopter une perspective qui en suspende l’évidence, pour en interroger les présupposés et les limites? Une telle perspective ne doit pas seulement permettre, en historien ou en sociologue, d’identifier les conditions et l’historicité de l’idéologie de l’éducation. Elle doit aussi ouvrir – et telle est l’ambition du colloque – à la problématisation et à la conceptualisation de ses paradoxes ou de ses apories. Autrement dit, elle doit permettre une analyse philosophique des ambivalences qui travaillent ce que nous entendons par « éducation » depuis plus de deux siècles.

En savoir plus sur Fabula : https://www.fabula.org/actualites/il-faut-eduquer-les-enfants-ambivalence-de-l-ideologie-de-l-education-conjonctures-critiques_81926.php

  • Apprentissage, travail et création. Lieux, communautés, réseaux, transmission familiale, journées d’études, université de Lille, lundi 11 décembre 2017 et mardi 29 mai 2018, appel à communication (date limite de réception des propositions : 10 octobre 2017)

Depuis deux ans, l’équipe de l’axe « Arts et mémoires d’Europe » du laboratoire IRHiS (Institut de recherches historiques du Septentrion) de l’université de Lille organise un séminaire mensuel consacré au thème « Apprentissage, travail et création ». Conçu selon la modalité d’un workshop, avec un temps de parole très large accordé à l’échange entre collègues mais aussi avec le public étudiant, ces ateliers ont accueilli des spécialistes provenant de la France entière. Nous souhaitons à présent organiser deux journées d’étude consacrées au thème de l’apprentissage artistique en Europe, de l’antiquité à l’époque contemporaine, pour explorer plus particulièrement les notions de « lieu », « communauté », « réseau » et « transmission familiale ».

En savoir plus sur Calenda : http://calenda.org/413052

  • La leçon en fiction (XIXe-XXe), 3 mars 2017, journée d’étude, Paris VII Bibliothèque Seebacher (2ème étage, bâtiment A, Les Grands Moulins), organisée par Magalie Myoupo et Marion Brun

Voir le programme sur le site de Fabula : https://www.fabula.org/actualites/la-lecon-en-fiction-xixe-xxie_77551.php

  • Hériter, et après?, Forum Le Monde-Le Mans, les 4, 5 et 6 novembre 2016

L’espoir des hommes vise l’avenir. Il travaille à le maintenir ouvert, à le rendre heureux. Bien sûr. Mais un espoir digne de ce nom ne saurait tourner le dos au passé. Qui prétend inventer le futur doit commencer par hériter d’une tradition ; qui veut se jeter en avant ferait bien de regarder derrière lui. Si une telle conception a une portée politique, elle n’appartient à aucun parti. Un marxiste mélancolique comme Walter Benjamin l’a résumée d’une métaphore : l’ange de l’Histoire, disait-il, a « le visage tourné vers l’arrière ». De son côté, un monarchiste éruptif comme Georges Bernanos pouvait écrire : « Rien ne saurait résister à ce qui est derrière nous, pourvu que ce qui est derrière nous s’ébranle. » Tous deux s’inscrivaient dans une longue lignée qui envisage la transmission comme une disponibilité à l’imprévisible, et la gratitude comme une façon d’accueillir l’événement. Cela implique que l’héritage n’est ni une affaire classée ni une attitude passive : la meilleure manière de respecter un héritage, au contraire, c’est d’y faire le tri pour le sauver, de le déplacer pour mieux le relancer.

En savoir plus : http://forumlemondelemans.univ-lemans.fr/fr/prochain-forum-le-monde-le-mans.html

  • Les enseignements de la conférence dans l’art, Colloque international (première partie), samedi 21 janvier 2017, Université Paris 1,  appel à communication, date limite de réception des propositions : 1er décembre 2016)

Colloque organisé par l’Institut ACTE (Arts-Créations-Théories-Esthétiques) UMR 8218 Sorbonne- CNRS – Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

Responsables : Sandrine Morsillo – Diane Watteau

Avec Christophe Viart, responsable du Programme transversal Dits et Écrits d’artistes : théories et fictions et Dirk Dehouck, enseignant à l’École supérieure des arts (ArBA-Esa), Bruxelles.

Argumentaire :

Nombreux sont aujourd’hui les artistes qui endossent des rôles en empruntant au pédagogue, au didacticien et à des modes de transmission dans des performances qui s’apparentent au cours magistral. Ces « conférences-performances » rejouent le discours de l’art et sur l’art. En se déplaçant sur un territoire autre – l’enseignement -, ne rendent-elles pas compte de nouveaux contenus qui renouvellent la relation entre l’art et sa transmission ?  Prenant place entre pédagogie et didactique, elles nous conduisent à redéfinir ces termes au regard de ces pratiques pour tenter de comprendre ce que la posture enseignante apporte à l’art et a contrario, ce que cette posture artistique apporte à l’enseignement.

En savoir plus sur le site de Fabula : http://www.fabula.org/actualites/les-enseignements-de-la-conference-dans-l-art_76012.php

  • Œuvre collective et auctoritas professorale dans les milieux scolaires et universitaires en France et aux Pays-Bas (XVe – XVIIe siècle), Louvain-la-Neuve, journée d’étude,  27-28 avril 2017, appel à communication (date limite de réception des propositions : 30 septembre 2016)

Ces journées d’étude louvanistes constitueront le deuxième volet d’une réflexion engagée au mois d’octobre 2016 en Sorbonne, sur l’ « Œuvre collective » du XVe au XVIIe siècle.

Nous souhaitons à cette occasion limiter le champ de recherche à un milieu relativement homogène, celui des écoles et de l’université, en France et aux Pays-Bas. La création littéraire et artistique des écoles a longtemps souffert du mépris de la critique (cf. Lucien Febvre et les « Apollons de collèges »). Pourtant, on s’accorde aujourd’hui à reconnaître le rôle essentiel que certains maîtres (Ravisius Textor, Jean Dorat, Etienne Binet, etc.) ont joué dans le développement intellectuel de l’Europe moderne : l’École fut, par excellence, le lieu où s’affirma l’auctoritas de grandes figures.

La place éminente de ces professeurs-auteurs ne doit pas dissimuler toutefois ce que furent les modalités concrètes de la création dans leurs classes et leur entourage. Sous l’autorité du maître, l’école est, comme l’atelier d’artiste, un lieu authentique de création à plusieurs mains. La fête scolaire, par exemple, mobilise des compétences diverses qui se mettent au service du projet commun. Quel est alors, concrètement, le rôle de chacun ? L’autorité du maître est-elle partagée, déléguée ? Est-il un « auteur », au sens moderne du terme, un maître d’œuvre, ou simplement le garant de l’œuvre à accomplir ?

(…)

La réflexion pourra s’appuyer sur une documentation variée, témoignant de la collaboration active des maîtres et des élèves (…)

En savoir plus sur le site de Fabula : http://www.fabula.org/actualites/oeuvre-collective-et-auctoritas-professoraledans-les-milieux-scolaires-et-universitaires-en-france_74889.php

  •  La figure de l’enseignant dans les littératures française et francophone, Faculté des lettres de Manouba (Tunisie), colloque les 19/20/21 Janvier 2017, appel à communication (date limite de réception des propositions : 30 novembre 2016)

Glorifié ou moqué, l’enseignant, qu’il soit précepteur, maître d’école ou professeur, est une figure récurrente de la littérature depuis les origines jusqu’à nos jours. De Rabelais à Michon en passant par Voltaire et Hugo, la plupart des écrivains ont réservé soit leur hommage au personnage du maître, soit lui ont décoché les flèches d’une critique acerbe. Qu’on pense au portrait ironique du sophiste Thubal Holopherne, premier précepteur de Gargantua avant que ne soit encensé ( !) Poncratès et avec lui le modèle de l’humaniste éclairé. Montaigne, dans son Humanisme des savoirs, accorde une place de choix à « l’Institution des enfants » et leur éducation. (…)

Les axes proposés :

L’enseignant dans les écrits autobiographiques (Camus, Camara Laye Chraïbi, Daudet, Pagnol, Vallès …)

L’enseignant comme porte parole d’une vision philosophique (Montaigne, Rabelais, Rousseau Voltaire…)

L’enseignant et la société (Molière, Hugo, Boudjedra, Sartre, Vallès…)

Ecrivains pédagogues (Montaigne, Rousseau, Alain…)

En savoir plus sur le site de Fabula : http://www.fabula.org/actualites/la-figure-de-l-enseignant-dans-les-litteratures-francaise-et-francophone_75098.php

  • La leçon en fiction (XIXe-XXIe s.), journée d’étude (3 mars 2017), université Paris VII, appel à communication, date limite de réception des propositions : 14 octobre 2016.

Selon Henri Meschonnic dans Modernité, modernité, une partie de la doxa critique a désigné comme modernité littéraire l’émergence d’une parole autotélique au xixe siècle. Dans cette acception particulière, elle se définit contre une littérature référentielle et didactique qui proposerait au lecteur un apprentissage, qu’il soit moral ou scientifique. Dès lors, la leçon, terme polysémique qui désigne à la fois le contenu d’informations transmis mais également la réalisation de celui-ci, c’est-à-dire sa profération par une figure d’autorité devant un auditoire, ou par l’élève désireux de prouver son savoir (la récitation), semble frappée de caducité. L’acte appartiendrait à une littérature surannée. C’est d’autant plus vrai que l’éloignement entre littérature et rhétorique se confirme tout au long du siècle, les auteurs que la postérité a désignés comme les tenants de cette modernité privilégiant une « artialisation » de la littérature selon Alain Vaillant. Au temps raisonné, analytique, de la leçon se substituerait le temps vécu, au temps itératif des processus de copie et de répétition le temps original de l’individualité. Faire leçon, ce serait donc s’inscrire dans le passé.

En savoir plus sur le site de Fabula : http://www.fabula.org/actualites/la-lecon-en-fiction-xixe-xxie_74674.php

  • L’écrivain et son école, colloque international, Maison de la Recherche, 75006 Paris, 23-25 juin 2016

Voir le programme sur le site de Fabula

  • Enseigner la littérature à l’université aujourd’hui: enjeux politiques, épistémologiques, didactiques, journée d’étude, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Centre Censier, 16-17 juin 2016

Voir le programme sur le site de Fabula

  • Figure de l’étudiant de l’Antiquité au XXIe siècle, entre communauté et marginalité, colloque IDENSO, Université de Bretagne-Sud, les 1er et 2 décembre 2016 à l’UBS (Lorient) – appel à communication (date limite de réception des propositions : 15 juin 2016)

Dans le sillage des récents et importants travaux de Jacques Verger sur la mobilité étudiante au Moyen Âge, nous souhaiterions proposer une vaste réflexion au croisement des disciplines sur la figure de l’étudiant de l’Antiquité au XXIe siècle. Cette enquête croisera avec profit des approches variées, historiques, géographiques, juridiques, sociologiques, rhétoriques, littéraires, médicales notamment.

En savoir plus sur Calenda : https://calenda.org/366146

  • La « fabrique des citoyens ». L’enseignement des langues et des lettres en Europe (1848-1914), journée d’étude, mercredi 25 mai 2016, Bruxelles

L’ambition de cette journée d’étude est d’examiner l’évolution et les métamorphoses de l’enseignement des disciplines littéraires (langues classiques, langues vivantes, histoire) dans les écoles secondaires en Europe entre 1848 et 1914. Au cours de cette période, de nombreux pays européens sont confrontés à des défis communs. Dans un contexte caractérisé par une forte industrialisation et l’essor d’une petite et moyenne bourgeoisie désireuse de s’instruire, plusieurs milieux réformateurs mettent en question l’efficacité de la formation secondaire classique, essentiellement littéraire et d’esprit anti-utilitariste, qui ne leur semble pas adaptée aux besoins d’une société « moderne ». En partant de l’étude de différents cas nationaux (Allemagne, Belgique, France, Suisse et Italie), cette journée d’étude a pour objectif de comparer la manière dont les débats à ce sujet se sont déroulés dans les différents pays et de mettre en évidence les processus transnationaux d’échanges et de circulation des idées qui se sont opérés sur cette question.

En savoir plus sur Calenda : http://calenda.org/364441

  • Les débats du CAK : Y a-t-il une architecture universitaire ? mercredi 11 mai 2016, de 10 heures à 12 heures, Centre Alexandre Koyré (UMR8560) 27, rue Damesme 75013 Paris

Débat avec Christian Hottin (Direction générale des patrimoines, Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture) auteur de l’ouvrage Les Sorbonne. Figures de l’architecture universitaire à Paris, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015. Discutants : Christian Jacob (EHESS, ANHIMA), Rafael Mandressi (CNRS, CAK)

En savoir plus sur le site du Centre Alexandre Koyré

 
  • L’enseignant en tant que personnage romanesque : modèle et contre-modèle – Appel à contributions (date limite de réception des articles : 15 septembre 2016), revue Syn-thèses

La figure de l’enseignant dans la littérature est un sujet peu visité.  Porteur d’autorité dont la mission est d’éduquer en insufflant l’amour de la connaissance, l’inspiration de la recherche et l’ouverture des horizons spirituels auprès de ses apprenants, l’enseignant occupe aussi un rôle social assumant des  responsabilités pédagogiques que lui assigne le pouvoir en place.  Il serait donc intéressant d’observer comment se profile cette profession durant les siècles et, plus précisément de porter un regard sur les enseignants modèles et contre-modèles en tant que personnages romanesques.

En savoir plus sur le site de la revue Syn-thèses

  • Les commencements : origines et fondations du religieux (II) – Appel à communication (date limite de réception des propositions : 15 octobre 2015)

Ce programme pour l’année 2016 du Centre interdisciplinaire d’étude du religieux (CIER, créé en 2006 dans le cadre de la MSH de Montpellier) constitue le deuxième volet du thème lancé en 2015 intitulé : « Les commencements : origines et fondations du religieux ». Chaque discipline des sciences humaines ou des sciences dures est invitée à se saisir de la question du religieux à travers le prisme particulier du ou des commencements / origines.

En savoir plus

  • Langue, style & modèles scolairesJournée d’étude dans le cadre du Labex OBVIL, Projet L’écrivain, l’institution scolaire et la littérature (Maison de la Recherche, 75006) – 5 juin 2015

Voir le programme 

  • Enseigner la littérature aujourd’huiJournée d’étude (Paris 8) – 4 juin 2015

Le temps n’est plus où la littérature était une valeur pour ainsi dire universelle. Où la société tout entière sans toujours la connaître bien, du moins la reconnaissait, se reconnaissait même en elle. Où les rois l’encourageaient, la protégeaient. Où les ministres avaient à cœur de s’y référer, d’œuvrer à sa diffusion, à son respect. Où les professeurs qui l’enseignaient étaient regardés comme les gardiens ou les passeurs d’une tradition que siècle après siècle elle écrivait.

On peut regretter ce temps, sans doute plus ou moins mythique, mais on ne peut nier qu’il soit passé. La littérature aujourd’hui, en France, en Europe,  et plus largement sans doute, sur toute son aire dite « occidentale », ne sait plus bien ni quelle est sa place, ni ce qu’on attend d’elle, ni ce qu’elle doit souhaiter pour elle-même ou pour ceux qui l’aiment. Elle peine à prendre la mesure des conditions nouvelles dans lesquelles elle intervient désormais : du côté des États, des orientations qui ne permettent pas toujours de déduire une attente précise ; du côté des étudiants, de plus en plus rares et désorientés, une langue et une culture en décalage flagrant avec les objets d’études qu’on leur propose ; du côté des enseignants, la nostalgie d’un temps où l’amour des textes était certes plus facile à partager, et une sourde mauvaise conscience quant au manque de perspectives professionnelles ; du côté de l’environnement culturel enfin, une abondance déconcertante d’outils, d’images et de discours qui relèguent la richesse et la complexité des textes à l’arrière-plan.

Le malaise et la perplexité des enseignants de littérature comme de ceux qui les assistent, les conseillent, cherchent à les orienter, sont donc si diffus que leurs causes ne se laissent pas facilement nommer.

C’est à ce désarroi, que viennent régulièrement ponctuer d’enthousiastes et généreuses initiatives, que sera consacrée cette journée, organisée par les enseignants du département de Littérature française de l’université Paris 8, et au cours de laquelle interviendront aussi bien des acteurs du système éducatif (enseignants du secondaire et du supérieur, inspecteurs, étudiants) que des connaisseurs ou des acteurs du monde de l’image et des médias.

Voir le programme

  • Colloque Les paroles d’élèves dans l’Europe moderne (XVe-XVIIe s.) – Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours, 5-7 juillet 2016 – Appel à contribution (date limite de réception des propositions : 15 septembre 2015)

L’enseignement scolaire à l’époque moderne a souvent été abordé du point de vue des savoirs dispensés, des techniques de transmission qui leur étaient associées ou encore de leurs effets sur le corps social (alphabétisation, confessionnalisation). Dans un tel contexte, le moment d’enseignement – surtout pour ce qui concerne les petites écoles – tend parfois à se réduire à une parenthèse coincée entre l’amont de la théorie et l’aval des résultats. S’il est envisagé – implicitement la plupart du temps – c’est surtout depuis la position du maître ou des prescripteurs de l’institution enseignante.

Plus d’informations