Compte rendu. Dominique Schnapper, La République aux 100 cultures

La République aux 100 cultures réunit un ensemble d’articles, parus entre 2006 et 2015, dans lesquels la sociologue Dominique Schnapper analyse les fondements et le fonctionnement du « modèle républicain », lequel désigne « l’intégration, au sens actif ou historique du terme, autour d’un projet politique, né des valeurs incarnées par la Révolution et fondé sur le principe et, jusqu’à un certain point, sur la pratique de la citoyenneté individuelle » (p. 10). Le titre de la troisième partie de l’ouvrage résume la recherche et la préoccupation centrale de l’ancienne membre du Conseil constitutionnel (2001-2010), directrice d’études à l’EHESS : « Comment conjuguer citoyenneté et diversité ? ». Autrement dit « jusqu’à quel point les identités, les références culturelles et les fidélités particulières — en d’autres termes, le multiculturalisme — peuvent ou doivent être reconnues dans la vie publique » (p. 20). C’est que l’universalisme républicain qui permet à chaque citoyen d’exercer ses droits et d’accomplir ses devoirs au sein de la « dynamique démocratique » (p. 17) met en avant « la participation à la vie collective » qui ne peut être négligée au nom de la promotion de l’« “appartenance” à un groupe particulier » (p. 13). L’importance de cette articulation s’impose d’elle-même : comment l’égalité des individus et l’égal accès à la citoyenneté individuelle pourraient-ils être assurés s’il existait des droits particuliers réservés à un groupe, lequel serait ainsi conduit à dominer les autres groupes ? Comment répondre concrètement à la demande sans cesse renouvelée de droits particuliers ? « Comment, enfin, assurer l’égalité des divers groupes, si on leur donne des formes de citoyenneté différenciée ? » (p. 24). Discutant différentes positions et théories, rendant compte de plusieurs débats, Dominique Schnapper en vient à formuler les termes d’un « multiculturalisme modéré » qui peut s’exercer sous deux conditions : premièrement, aucune assignation identitaire ne doit contraindre les individus à « faire partie d’un groupe particulier. Ils devraient être libres d’y entrer ou d’en sortir ». Deuxièmement, « les valeurs communes des sociétés démocratiques, la liberté et l’égalité de tous les autres humains » priment de sorte qu’aucune remise en cause de l’égalité statutaire entre les hommes et les femmes, qu’aucune violence envers un être humain, à l’égard des femmes et des filles, ne doivent être rendues légitimes au nom de la religion ou de la tradition (p. 25).

Loin de minorer le problème du déclassement, les inégalités sociales et territoriales, Dominique Schnapper cherche ainsi à montrer la validité historique et politique du modèle républicain qui, contrairement à certaines critiques formulées à son encontre, ne néglige pas l’égalité « réelle » de tous les citoyens au profit de la seule égalité « formelle » (p. 17). Nombre d’exemples témoignent de la prise en compte des demandes particulières par les institutions notamment par le biais des associations. Il convient surtout de distinguer entre principe et application :

Ce n’est […] pas dans son principe que le « modèle républicain » est obsolète. La politique d’intégration par la citoyenneté et la pratique professionnelle est conforme à la vocation des sociétés démocratiques et prolonge la tradition nationale. Le débat devrait porter non sur le principe, mais sur les modalités d’application. Ce sont les manquements au « modèle républicain », élément de l’ensemble de la crise de la société française, qui créent l’échec partiel de la politique d’intégration et le sentiment plus général de l’échec. Le « modèle républicain » d’intégration, qui assure l’égale participation de tous à la vie collective ne peut être efficace que s’il est effectivement respecté et s’il ne devient pas une formule vide, purement incantatoire, sans prise sur la réalité sociale. (p. 74)

Trop souvent incriminé comme responsable de tous les maux, le modèle républicain doit être envisagé dans sa complexité : avec les « ombres », les « lumières » méritent aussi d’être révélées. Si « l’idée nationale autant que l’histoire nationaliste écrite par les générations précédentes » doivent bien sûr être critiquées afin de mettre au jour et « dénonc[er] l’impérialisme, le projet colonial, l’esclavage ainsi que la longue exclusion des femmes de la citoyenneté », Dominique Schnapper regrette que « la vie scientifique, politique et médiatique » ne se préoccupe que des « ombres » (p. 65) de la République (reste à en comprendre la raison). L’intégration à la vie républicaine n’en est que plus compromise puisque aucun idéal, aucun projet politique ne viennent rassembler : « La multiplication [des] identifications particulières, si ces dernières ne sont pas transcendées par la citoyenneté commune et sa vocation universelle, risque en effet de distendre le tissu social » (p. 80), analyse la sociologue dans un entretien avec Marie Raynal paru en 2007.

On trouvera dans cet ouvrage utile des réponses claires et étayées, du point de vue de la sociologie, à des questions qui s’imposent à tout citoyen impliqué dans la « dynamique démocratique » (par exemple pourquoi le port de la burqa est absolument irrecevable) ainsi que des distinctions notionnelles importantes pour qui veut ne pas « réciter paresseusement les slogans du style […] “s’enrichir de nos différences” » (p. 112), ou croire en la seule invocation de la tolérance pour penser la démocratie républicaine et répondre aux inégalités et aux discriminations. C’est que les limites de la tolérance[1] prennent sens dans l’universel : « La tolérance qui consisterait à tout accepter en renonçant à affirmer des valeurs à vocation universelle, comme l’égale dignité de tous les êtres humains, n’est pas un principe d’intégration efficace » (p. 114).

Nadia Fartas

Dominique Schnapper, La République aux 100 cultures, coll. « La faute à Voltaire », Arfuyen, 2016.

Voir également Dominique Schnapper, avec la collaboration de Christian Bachelier, Qu’est-ce que la citoyenneté ?, Paris, Gallimard, coll. « folio actuel », 2000.

[1] Sur la distinction entre tolérance et laïcité, qui relèvent de traditions philosophiques différentes, voir Catherine Kintzler, Qu’est-ce que la laïcité ?, Paris, Vrin, 2007.

 

POUR CITER CET ARTICLE :

Nadia Fartas, « Compte rendu. Dominique Schnapper, La République aux 100 cultures », Carnet de recherche Comment commencer ?, septembre 2017 : https://commencer.hypotheses.org/714