« Pour l’instant, la clairière est libre ». Vincennes, l’université perdue, un film de Virginie Linhart

LINHART vincennes © Agat Films & CieLe film que Virginie Linhart consacre à l’université de Vincennes s’ouvre et se referme sur une clairière verdoyante, celle-là même qui, à la suite de Mai 68, a accueilli une aventure intellectuelle sans pareille, pendant une douzaine d’années. La justesse du documentaire réside dans l’originalité de ce lieu choisi par l’auteur et que résume ainsi Hélène Cixous (de sa voix pleine et musicale) : « Ce vide n’est pas vide, il est saisissant (…) c’est un exemple unique dans l’histoire où archéologiquement, il n’y a rien. » Bâtie en peu de temps, à la faveur de quelques échanges téléphoniques, l’université est détruite tout aussi rapidement, pour renaître à Saint-Denis, là où se trouve toujours l’université Paris 8.

Au travers d’archives et de témoignages d’étudiants et de professeurs, installés dans cette clairière du bois de Vincennes le temps d’un entretien, le film retrace les étapes et les conflits intellectuels et politiques qui jalonnent cette aventure des débuts de la cinquième République, jusqu’à sa fin, sous l’ère giscardienne, suite à des affaires de drogue. L’histoire du Centre universitaire expérimental de Vincennes, territoire que l’auteur a arpenté aux côtés de son père, le philosophe-écrivain Robert Linhart, s’avère passionnante : objet et lieu de vifs débats, l’université semble toujours se tenir en équilibre, entre construction et destruction, conflits et expérimentations. Vont s’y développer des disciplines, la LINHART Vincennes © Agat Films & Cie Vincennespsychanalyse fait son entrée, mais aussi le cinéma, aux côtés de la philosophie et de la littérature. Le documentaire offre notamment l’occasion d’entendre Michel Deguy, Élisabeth Roudinesco et Jacques Rancière. On écoute avec plaisir la voix de Gilles Deleuze, celle de Michel Foucault, pendant son bref passage à Vincennes, avant le Collège de France, lieu bien plus propice au bon déroulement du cours magistral et que vont bientôt rejoindre les étudiants de Vincennes… Mais ce qui retient davantage encore l’attention, c’est l’extraordinaire expérience de savoir et de transmission, offerte à tous, salariés sans le bac, étudiants au parcours bien tracé, qui s’est réellement produite. Par l’accès libre au savoir, des vies sont bouleversées, des personnalités révélées ou affirmées ; des paroles, particulièrement émouvantes, en témoignent. Toutefois, on aurait aimé savoir un peu plus précisément si certains étudiants qui ont découvert le monde de l’université à Vincennes, sont, par la suite, devenus chercheurs, enseignants, ou bien si le cas de Philippe Mioche, « le camionneur » qui découvre par hasard l’histoire, pour ensuite devenir professeur d’histoire à la faculté, reste exceptionnel. Philippe Mioche insiste sur le rôle des enseignants (dont Jean Bouvier, Jacques Julliard, Madeleine Rebérioux et Michel Winock) qui ont su donner le goût d’apprendre et de travailler. Ainsi, à la lisière de la nostalgie, le film éclaire une expérience unique d’enseignement en mettant en évidence la liberté inhérente à ce centre mais aussi ses limites.

Nadia Fartas

nb : « Pour l’instant, la clairière est libre » : la citation est issue des propos de Virginie Linhart.

Vincennes, l’université perdue, film de Virginie Linhart, 90 mn, 2016

En savoir plus et voir le film (jusqu’au 9 juin) sur le site d’Arte : http://www.arte.tv/guide/fr/059529-000-A/vincennes-l-universite-perdue

Visuels : © Agat Films & Cie



Citer ce billet
rédaction (2016, 4 juin). « Pour l’instant, la clairière est libre ». Vincennes, l’université perdue, un film de Virginie Linhart. Comment commencer ? Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n1mx