Étonnants voyageurs 2016. La voix des écrivains et des artistes : « Une boussole, dans ce tumulte »

L’intellectuel et le débat public

Outre le fait que la richesse, la qualité et l’originalité de sa programmation de films et de conférences ouvrent un vaste champ de réflexion, qui correspond par ailleurs à d’incontestables attentes, en témoigne l’extraordinaire affluence de festivaliers, l’édition 2016 d’Étonnants Voyageurs offre l’occasion de s’interroger sur les relations actuelles entre littérature et sciences sociales. La journée du dimanche 15 mai l’illustre avec générosité. Non sans courage et acuité, l’équipe du festival s’est en effet saisi d’une actualité encore brûlante : la tribune[1] que des chercheurs ont publiée dans Le Monde en février dernier, dans laquelle ils s’attaquent à l’article de Kamel Daoud intitulé « Cologne, lieu de fantasmes »[2]. Les universitaires estiment l’article de l’écrivain algérien, paru quelques jours auparavant, truffé de « clichés orientalistes ». Rappelons que cet article est l’occasion pour l’auteur de Meursault, contre-enquête d’offrir son analyse de l’effacement violent et paradoxal du corps de la femme dans le monde arabe. L’écrivain n’adopte aucune position surplombante, il n’incite pas non plus à la haine de l’autre : il s’interroge sur le rapport à la vie que peut symboliser le corps de la femme dans le monde arabe et musulman. Sa question est donc ancrée dans un contexte précis. Il ne s’agit pas pour lui de distinguer convergences et divergences culturelles au service d’un comparatisme relativiste. Rappelons aussi que l’écrivain, par ailleurs sous le coup d’une fatwa, écrit depuis l’Algérie, où il vit et exerce son activité de journaliste. Invitée à prendre la parole à l’occasion des tables rondes « L’affaire Kamel Daoud » et « Les sociologues sont-ils devenus fous ? »[3], la romancière et journaliste Fawzia Zouari considère que refuser la moindre critique sur le statut de la femme et de la sexualité dans la culture arabe et musulmane, qui plus est de la part d’intellectuels directement aux prises avec ces questions dans leur propre vie, c’est succomber à de graves stéréotypes, dont celui de la Shéhérazade, c’est-à-dire de la femme orientale soumise au plaisir masculin. Par ailleurs, certaines féministes françaises refusent cette critique, déplore Fawzia Zouari. En outre, comme le précise Nathalie Heinich, elle aussi invitée à une table ronde au festival, l’une des erreurs de raisonnement des sociologues auteurs de cette tribune consiste à uniquement prendre en compte les déterminismes sociaux, vus sous le rapport dominé-dominant, et à ne pas « mettre en évidence les contraintes culturelles ». La sociologue invite à ne pas confondre l’« arène de la morale et du droit » qui postule que « les individus ont une liberté », et « l’arène des sciences sociales » qui vise à mettre en lumière les « contraintes collectives qui s’exercent sur des individus ».

Qu’en est-il de la forme choisie, la tribune collective dans un quotidien, c’est-à-dire l’expression d’opinions par des chercheurs ? Si l’historien Pascal Blanchard défend le fait que les chercheurs sont aussi payés pour intervenir dans le débat public, en dehors du seul cercle académique, Nathalie Heinich rappelle, quant à elle, que « le travail des sociologues ne se limite pas aux journaux » : il convient de ne pas réduire le sociologue à cette seule posture. Et d’indiquer les trois statuts du chercheur énoncés par Tzvetan Todorov : celui qui produit du savoir, celui qui aide par son expertise, celui qui diffuse sa pensée dans l’espace public. Les politiques ne prennent pas suffisamment connaissance des travaux de la recherche, regrette-t-elle. Peut-être sont-ils plus occupés à être élus plutôt qu’à lire, renchérit Eduardo Castillo, modérateur des deux rencontres. Boualem Sansal insiste pour sa part sur l’absence d’arguments sérieux dans la tribune qui substitue un « verdict établi » à la possibilité d’un « débat contradictoire ». Signalons le moment lumineux où le romancier et essayiste a su tracer avec clarté l’histoire et l’évolution de l’islam. C’est donc la place de l’intellectuel aujourd’hui, pas seulement « l’expert » mais aussi l’écrivain, et la manière dont elle se traduit dans la place publique, qui fut particulièrement interrogée ce dimanche 15 mai, à Saint-Malo.

« Les gardiens du sens des mots »

Plus largement, comment cette polémique s’immisce-t-elle dans le festival international du livre et du film Étonnants voyageurs ? C’est que, bien au-delà de la tribune, elle interroge la place accordée à l’écrivain et, partant, le crédit donné à la littérature dans le débat public et intellectuel aujourd’hui. Il s’agit tout d’abord de cerner les enjeux de cette polémique dans le cadre de rencontres : c’est l’objet des tables rondes précédemment évoquées, « Les sociologues sont-ils devenus fous ? » et « L’affaire Kamel Daoud », qui ont réuni historiens, sociologues, écrivains, psychologues. Il s’agit ensuite d’inscrire ces débats dans des questionnements plus larges qui réfèrent aux bouleversements du monde, dans une dimension universelle : « Où nous en sommes ? », « La guerre universelle faite aux femmes », autant d’axes de réflexion et de programmation proposés, parmi d’autres, pour réunir livres et films. Il s’agit enfin de réenchanter la place de l’écrivain et de la littérature en s’interrogeant sur leurs pouvoirs « dans le chaos du monde », selon la formule de Michel Le Bris. Face aux « intimations à se taire, à ne plus penser », le directeur du festival soutient les propos suivants : « Une boussole, dans ce tumulte : la voix des écrivains, des poètes, des cinéastes, dont l’honneur, pour reprendre l’expression de Vaclav Havel est d’être, face aux totalitarismes, face aux idéologies, les gardiens du sens des mots. Et les mots, aujourd’hui, hors des salons académiques, pèsent leur poids de sang[4] ». En d’autres termes : non, la littérature ne doit pas se taire. Ce refus concerne plus largement l’urgence de nommer, comme Boualem Sansal et Malika Boussouf l’ont rappelé, faisant suite aux propos d’Albert Camus évoqués par Eduardo Castillo : « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde ». L’on songe également au texte de Jean-Luc Nancy dans lequel il salue, dans tous les sens du terme, Kamel Daoud. Selon le philosophe, c’est la « vivacité » et la « pugnacité » de l’auteur de Meursault, contre-enquête qui sont sanctionnées par ceux qui n’ont pas su discerner « la subtilité sous la fermeté » : « Pourquoi s’en est-on pris à vous de manière aussi spectaculaire ? pour une seule raison me semble-t-il : parce que vous avez écrit un article, dans le vif d’un événement, et non un livre savant ou un poème. » Et de s’inquiéter : « La pensée et la poésie, ça ne fait pas beaucoup de bruit. On trouve qu’il ne faut pas être trop bruyant[5] ».

Aussi, insistons sur un point important au cœur de cette polémique et de ces rencontres offertes par le festival : l’analyse du monde n’est pas le propre d’experts ou de spécialistes des sciences sociales. La littérature n’est pas un savoir dégradé des sciences sociales, elle n’a pas, non plus, à leur servir de faire-valoir ou bien à leur fournir des « outils ». La singularité de l’artiste et de son œuvre prime sur des catégories identitaires ou théoriques. L’expérience d’un écrivain ou d’un artiste que celui-ci transforme dans son œuvre, transforme, en retour, l’expérience du lecteur ou du spectateur : dès lors, elle se confond avec une expérience de transmission ; elle engage une multitude de connaissances qu’aucune science sociale n’est à même de saisir. Là, cependant, sont les possibilités d’un dialogue fécond entre littérature et sciences sociales. En s’adressant à Kamel Daoud dans les termes de la condamnation, ce que la tribune refuse notamment de reconnaître, ce sont précisément les termes de cette expérience singulière de savoir et de transmission. Ainsi peut-on souligner les propos de Fawzia Zouari qui souhaite que la parole soit enfin donnée aux écrivains laïcs, ceux qui profèrent le non en dehors du « référent religieux », et, partant, qui « veulent s’aventurer dans cet exercice d’altérité ». La romancière engage les sociologues et chercheurs non pas à s’éloigner de tout terrain qui leur serait étranger, autrement dit elle ne récuse pas leur légitimité, celle d’analyser des cultures auxquelles ils n’appartiennent pas, des situations qui ne les concernent pas, mais elle demande à ce qu’ils ne parlent pas à sa place : « Ne peut sentir le feu de la braise que celui qui marche dessus ».

Nadia Fartas

Post-scriptum

Signalons le numéro d’Art Press du mois de mai 2016, qui comporte un dossier important sur « Les femmes dans l’Islam » et qui revient à sa façon sur les termes de la polémique en mettant en avant le rôle de l’écrivain et de l’artiste.

[1] Tribune parue le 11 février 2016 dans Le Monde.

[2] Le Monde, 31 janvier 2016.

[3] Dimanche 15 mai 2016, « Les sociologues sont-ils devenus fous ? », avec Paul Berman, Pascal Bruckner, Pascal Blanchard, Fawzia Zouari, Nathalie Heinich ; « L’affaire Kamel Daoud », avec Khadija Al-Salami, Paul Berman, Malika Boussouf, Boualem Sansal, Fawzia Zouari.

[4] Éditorial du programme Étonnants voyageurs 2016.

[5] Jean-Luc Nancy, « Salut à Kamel Daoud », Libération, 9 mars 2016.