Actualité des parutions : aux fondements de l’école et de la démocratie républicaines

Huma 2 aout 1904 bd

L’anthologie proposée par Vincent Duclert, La République, ses valeurs, son école. Corpus historique, philosophique et juridique, s’avère passionnante et indispensable pour qui veut comprendre les fondements de l’école et de la démocratie républicaines. L’ouvrage aborde la République par un ensemble de textes réunis suivant trois parties : « Un régime de droit et de liberté », « Un idéal démocratique, une nation politique », « Une ambition pour l’école ». Il présente un vaste corpus qui « souligne les processus d’appropriation de la démocratie républicaine par la société, par la pensée, par la conscience, par l’art, par la connaissance » (p. 7). Il rassemble les textes attendus mais non moins fondamentaux de Ferdinand Buisson, Condorcet, Olympe de Gouges, Jean Jaurès, Louise Michel, Jules Ferry, Jean Zay, qui entrent en dialogue de manière originale, avec une lettre de Charles Baudelaire, des écrits de Charles Péguy, tout en offrant une place à la philosophie du XVIIIe siècle (Diderot, Kant, Montesquieu, Rousseau) ainsi qu’aux grands écrivains et penseurs du XIXe (Victor Hugo, Émile Zola) et du XXe (Henri Bergson, Albert Camus, René Char).

L’introduction, lumineuse, de Mona Ozouf met en évidence un infléchissement important qui s’effectue au cours du XIXe siècle et qui porte sur l’abstraction des droits. Ce fondement de la République offre « l’assurance que les hommes ne tirent leurs droits d’aucune appartenance ou qualité particulière, mais de leur simple qualité d’être humain » (p. XXII) de sorte qu’est ancrée la « rigoureuse égalité des hommes, d’où qu’ils viennent » (p. XXIII). L’infléchissement de l’abstraction des droits est le suivant : dans la République, la nécessité d’un arrachement des citoyens aux groupes d’appartenance « et à leurs héritages particuliers » (p. XXIII) va progressivement reculer face à la reconnaissance de « l’importance des appartenances dans la vie des hommes » (p. XXVIII). Souligner cette inflexion s’avère salvateur : « Tout cela nous invite à réviser l’image d’une tradition républicaine pétrie d’intransigeance et délibérément aveugle à toute médiation », précise ainsi Mona Ozouf. Et de considérer quelles valeurs de la République nous ont été transmises et comment elles sont susceptibles d’éclairer les tensions actuelles : « [cette tradition républicaine] a compris que pour entrer en République, nul n’a besoin de s’arracher aux attachements, familiaux, régionaux, religieux même, qui l’ont constitué (ni du reste ne pourrait le faire). Mais elle a subordonné ces attachements à la liberté individuelle, préservé en chacun le droit de critique, de déviance et de désaffiliation, répété qu’aucun de nous n’est condamné à être le prisonnier de ses appartenances » (p. XXVIII). L’école, « lieu même de la transmission mais aussi de l’apprentissage par l’enfant de son autonomie », est le lieu de cet ajustement constant, elle qui rassemble avant de mettre en avant les différences : « Cet équilibre, que l’école de la IIIe République avait réussi à sauvegarder, peut encore nous inspirer aujourd’hui. Car la valeur républicaine dont il s’agit est la conviction (ou l’espérance, ou le pari, comme on voudra) qu’une confrontation rationnelle est toujours possible entre les hommes, si divisés soient-ils ; qu’elle seule en tout cas est susceptible de les aider à s’entendre sur ce qui surplombe leurs divisions, et à penser ce qu’ils vivent » (p. XXIX). La laïcité assure cet équilibre. Mona Ozouf la définit en ces termes : « Elle est la neutralisation des conceptions du bien : aucune ne peut prétendre régir à elle seule les consciences et la conduite privée des citoyens ; nul groupe humain ne peut s’emparer de la formule “Dieu est avec nous”, sans doute la plus chargée de meurtres de l’histoire » (p. XXX). L’ouvrage apporte ainsi définitions claires et mises en perspective de notions importantes qui mettent en lumière les enjeux de l’universalité des droits.

La parution de cette anthologie est l’occasion de mentionner l’ouvrage que Mona Ozouf a consacré à Jules Ferry, en 2014. L’écriture est toujours aussi élégante et lumineuse. L’historienne propose de « restituer à Ferry la cohérence de sa figure politique », tendu qu’il est entre un attachement au passé, difficilement conciliable avec « l’illusion révolutionnaire de la table rase et de la création d’un monde refait à neuf » et la volonté de « refaire la France ». C’est que Jules Ferry « gardait aussi en mémoire l’histoire d’un XIXe siècle spasmodique, où le tremblement de terre de 1789, et plus encore de 1793, avait connu deux répliques dramatiques en 1848 et 1871 : par trois fois la France et la République avaient été défaites » (p. 9). Mona Ozouf nuance le portrait de Jules Ferry en montrant comment cette relation entre liberté et tradition éclaire le parcours du ministre de l’Instruction publique. Loin des oppositions tranchées, elle offre des éléments d’analyse sur au moins trois points, particulièrement brûlants, au cœur d’affrontements politiques : les différences culturelles en France, entre Paris et la Province, l’éducation des filles, la colonisation.

Enfin, en attendant quelques lignes à son propos, n’oublions pas de signaler la récente réédition de Condorcet, l’instruction publique et la naissance du citoyen de la philosophe Catherine Kintzler.

Nadia Fartas

– La République, ses valeurs, son école. Corpus historique, philosophique et juridique, Gallimard, Folio, 2015, textes rassemblés et présentés par Vincent Duclert, Préface de Najat Vallaud-Belkacem, Introduction de Mona Ozouf.

– Mona Ozouf, Jules Ferry. La liberté et la tradition, Gallimard, « L’esprit de la cité », 2014.

– Catherine Kintzler, Condorcet, l’instruction publique et la naissance du citoyen, préface de J. C. Milner , 3e édition, revue et augmentée, Paris, Minerve, 2015.