A propos d'”Ouvrir la voie à une justice sociale”, de Teresa Margolles

Cet été, au centre d’art La Criée, à Rennes, l’exposition At the Gates présentait un ensemble d’œuvres centré sur l’universalité des droits des femmes et sur les violences qui détruisent les femmes. Avec « Ouvrir la voie à une justice sociale »  Teresa Margolles met en avant la solidarité.

Les œuvres réunies dans l’exposition At The Gates[1] portent sur les injustices et les violences qui détruisent les femmes, les droits élémentaires auxquels elles n’accèdent toujours pas (ou accèdent depuis peu) en raison du sexisme et du patriarcat, et les combats menés en faveur de ces droits vitaux. L’exposition prouve, s’il le fallait, que la forme plastique est indissociable du contenu véhiculé : l’exigence au niveau formel et artistique est le corollaire de la qualité et de l’efficacité du discours. L’œuvre de Teresa Margolles intitulée « Ouvrir la voie à une justice sociale »[2] est en cela exemplaire.
L’artiste a confié à un groupe de femmes mayas un tissu sur lequel subsistent des traces du sang d’une femme assassinée dans la ville de Guatemala. Une vidéo présente la réalisation du linceul sur lequel celles-ci ont choisi de broder des motifs aux couleurs éclatantes, des symboles ou des scènes qui évoquent la nature, la mort, la foi, les relations sociales. Les voix de plusieurs de ces femmes membres de l’Asociación de Desarrollo de la Mujer K’ak’a na’ accompagnent l’ouvrage réalisé à l’extérieur, au bord de l’eau, puis dans un intérieur, « par un après-midi nuageux » comme le souligne l’une d’entre elles. Au centre d’art La Criée, la toile de coton est exposée sur un caisson lumineux dans une petite pièce sombre attenante dont le seuil est marqué par un rideau de perles noires. On y décèle les traces de sang parmi les motifs bariolés, ce qui rend, à la fois, le meurtre, et l’hommage de ces femmes, très concrets, à distance de l’esthétisme.


L’idée de solidarité domine l’ensemble. Elle est présente dès le début lorsqu’une des brodeuses affirme qu’elle a accueilli ce tissu « avec beaucoup d’affection », « parce qu’il se disait que le sang qui était sur cette toile pouvait être celui d’une de nos proches. Il y a quelques années, la violence faisait partie du quotidien de nos proches ». A présent ces femmes peuvent se retrouver et s’entraider. Les propos des artisanes vont tous dans le sens de la coopération, en insistant sur la transmission entre générations (« nous construisons, nous concevons un futur nouveau pour nous, pour nos filles et pour les générations à venir ») et sur l’universalité des droits des femmes, à rebours des coutumes mortifères : « Donc, cette toile va parler au nom de la sœur qui a versé son sang et au nom de toutes celles qui cherchent la paix, pas seulement au Guatemala mais aussi à nos sœurs au Mexique dont nous appelons la souffrance à la radio. Il en est de même en Afghanistan ou dans d’autres pays ou la violence est extrême[3] ». 

Nadia Fartas

 

[1]Au centre d’art La Criée (Rennes), du 15 juin au 25 août 2019. L’exposition, organisée par Tessa Giblin, fut auparavant présentée dans le lieu que celle-ci dirige, la Talbot Rice Gallery d’Edimbourg.

[2]Nkijak b’ey Pa jun utz laj K’aslemal (Opening Paths to Social Justice) (Ouvrir la voie à une justice sociale), broderie sur tissu, 200×200 cm, 2012-2015, vidéo couleur, son, 10min 59sec, 2015.

[3]Traduction de la vidéo (texte écrit en anglais), Manuéline Mérand.

Visuels : Teresa Margolles, Nkijak b’ey Pa jun utz laj K’aslemal (Opening Paths to Social Justice), 2012 – 2015/ vue de l’exposition At the Gates, La Criée centre d’art contemporain, Rennes, 2019 / courtesy de l’artiste et Galerie Peter Kilchmann, Zurich – photo : Benoît Mauras

 

POUR CITER CE BILLET :

Nadia Fartas, « À propos d”’Ouvrir la voie à une justice sociale”, de Teresa Margolles », Carnet de recherche Comment commencer ?, septembre 2019 : https://commencer.hypotheses.org/2284