Comment transmettre le militantisme ? À propos de Florence Lazar et de l’exposition « Tu crois que la terre est chose morte… »

Comment transmettre le militantisme ? Cette interrogation pourrait résumer à elle seule l’œuvre que Florence Lazar construit depuis une vingtaine d’années.

C’est en substance la question essentielle que pose Véronique Montjean dans le film 125 hectares (2019). Florence Lazar filme l’agricultrice qui, tout en s’adonnant à ses activités (la collecte de dachines), raconte les années de luttes pour conserver cette superficie qu’avec un collectif elle réussit à arracher, en 1983, aux projets commerciaux les plus éloignés des nécessités des habitants de l’île. L’enjeu est de taille : en Martinique, la monoculture de bananes domine depuis les années 1930, empêchant toute autonomie véritable. C’est aujourd’hui près de 80% des terres qui sont destinées à ce fruit dont la culture s’est confondue avec l’emploi de la chlordécone, cet insecticide cancérigène, interdit début 1990, qui a bouleversé le milieu naturel pour plusieurs décennies. Occuper ce terrain non contaminé, fût-ce illégalement, signifie permettre aux habitants de se nourrir sans recourir à l’importation. C’est aussi maintenir la paysannerie, correspondant à l’exploitation des petites parcelles, menacée par les grandes cultures de la plaine, explique Véronique Montjean, en insistant particulièrement sur l’importance de l’agriculture de subsistance : tendre à l’autonomie, c’est ce que sa propre mère lui a transmis en lui inculquant le fait d’avoir toujours à portée de main le minimum pour parer à un éventuel départ. À son tour à présent de se demander comment faire passer cet « esprit de lutte » et ces acquis, qui restent fragiles : « J’ai donné tout ce que j’avais. Je continue à donner. J’aimerais que ce soit transmissible mais je ne sais pas comment ». 

On perçoit ainsi la grande cohérence des productions de Florence Lazar. 125 hectares entre en effet en résonance avec les autres productions de l’artiste, dont Les Paysans, l’une de ses toutes premières œuvres, dans laquelle s’expriment des paysans serbes, à la fin de l’année 1999, quelques mois après l’intervention de l’OTAN en ex-Yougoslavie. Là encore activité agricole et parole critique sont nouées. Le film Les Femmes en noir (2002) est quant à lui centré sur un collectif serbe (« Femmes en noir contre la guerre »), à qui ce titre a été emprunté, dont les membres ont notamment lutté contre Milošević. L’une des femmes qui mène le débat (on entend uniquement sa voix, pleine de conviction) vise avant tout l’essentialisme, cette forme violente d’assignation qui contraint les femmes à des fonctions spécifiques en raison de la différence des sexes. Elle donne sa définition de la lutte : « En tant que militante, j’ai le souci des autres ».

L’artiste s’attache à filmer des personnes en situation conflictuelle en se gardant toujours de les rabaisser à une position de victime ou de rendre exotiques leurs mots. Elle recueille les propos d’individus qui analysent avec précision la situation dans laquelle ils se trouvent : le paysan serbe comme l’agricultrice et militante martiniquaise tiennent des discours clairs, informés et instructifs. Ainsi elle ne dissocie pas l’action de la réflexion, et ne tend pas pour autant à une forme d’anti-intellectualisme, celle qui voudrait soutenir, par exemple, dans une position surplombante inversée, que l’activité manuelle prévaut sur la production théorique, le concret sur l’abstrait. En atteste Confessions d’un jeune militant (2008), où elle filme un homme (son père), passionné par l’histoire et la politique, qui déballe sa bibliothèque[1] avec l’aide d’un adolescent (son petit-fils) : un ensemble de livres portant sur la pensée politique marxiste et socialiste est ainsi transmis. Allant à l’essentiel, l’homme (qui fut membre du Parti socialiste unifié) commente chaque ouvrage que lui tend son petit-fils et fournit une brève histoire des idées et mouvements politiques (situés à gauche) de la seconde moitié du XXsiècle. La tonalité tendre de ce film entre en contraste avec les constats amers que l’on peut faire sur la situation politique actuelle : la pensée socialiste, dont il est question dans le film, subsiste aujourd’hui péniblement, le néolibéralisme domine et fait des ravages, la biodiversité est en sursis, l’écosystème est en cours de destruction.

Pour autant, Florence Lazar croit au geste salvateur de transmission : issue d’un projet de plusieurs années la Série photographique du Collège Aimé-Césaire (2016) l’illustre parfaitement. Des adolescents de ce collège du XVIIIarrondissement de Paris présentent des objets qui témoignent de la colonisation comme de la lutte anticoloniale, celle précisément dans laquelle s’engagea le poète Aimé Césaire, qui fut député de la Martinique (1946-1993). Avec Florence Lazar, les collégiens ont mené une recherche dans les musées et collections d’archives dont a résulté la sélection de ces objets. Les photographies conjuguent la force des pensées politiques exposées dans les lettres ou journaux et le mélange entre l’expression de la conviction — associée au geste de présentation — et la fragilité de l’adolescence (fragilité qui peut être symbolisée, dans certaines photographies, par les ongles sur lesquels le vernis est inégalement réparti). Journaux et archives détenus dans les mains de ces jeunes gens n’attendent qu’à être analysés et confrontés à d’autres sources, écrites ou orales : le passé n’est pas idéalisé. C’est pourquoi, conjointement à ce refus de l’idéalisation, la notion d’identité ne prend pas le pas sur celles de l’éducation et de la transmission. En d’autres termes, c’est l’idée d’émancipation qui est valorisée. En cela, cette exposition présente un versant humaniste.

Nadia Fartas

 

  • Florence Lazar, « Tu crois que la terre est chose morte… », exposition au musée du Jeu de Paume (site Concorde, Paris), commissaires : Sandra Cattini et Dean Inkster, du 12 février au 2 juin 2019.
  • Catalogue d’exposition : Tu crois que la terre est chose morte, c’est tellement plus commode ! Morte, alors on la piétine, textes de Sandra Cattini, Dean Inkster, Rasha Salti, Giovanna Zapperi, Jeu de Paume, 2019.

[1]Pour reprendre le titre du recueil de textes de Walter Benjamin, Je déballe ma bibliothèque. Une pratique de la collection, trad. Ph. Ivernel, Paris, Payot et Rivages, 2015.

Visuels : captures de 125 hectares (2019), Les Femmes en noir (2002) ; Jeune militant (2008), épreuve argentique couleur, 60 x 48,5 cm ; Sélection d’articles de presse, épreuve argentique couleur, issue de Série photographique du collège Aimé-Césaire (2016), commande dans le cadre du 1% artistique, 77 x 55 cm © Florence Lazar

POUR CITER CE BILLET :

Nadia Fartas, « Comment transmettre le militantisme ? À propos de Florence Lazar et de l’exposition  »Tu crois que la terre est chose morte… » », Carnet de recherche Comment commencer ?, mai 2019 : https://commencer.hypotheses.org/2237

Voir aussi notre article sur le film Les Paysans

Le témoignage dans Les Paysans de Florence Lazar : le seuil de l’adresse