Mépris de classe version « feel good »

De retour de ma librairie, je découvre qu’une brochure a été glissée dans le sac contenant les livres. Il s’agit des premières pages issues de La Cerise sur le gâteau, roman d’Aurélie Valognes, dont je découvre l’existence bien qu’elle soit « l’auteure préférée des Français », comme il est précisé sur la couverture de ladite brochure. La quatrième de couverture donne le ton : le roman met en scène Bernard et Brigitte (« couple solide depuis 37 ans ») qui vont être confrontés à un « drame », la retraite de monsieur qui n’a pas envie de « troquer ses costumes contre des pantoufles ». Et le texte de s’achever sur cette mystérieuse question : « Et si la retraite n’était pas un long fleuve tranquille ? ». Le suspense est à son comble : intriguée par le « cocktail explosif pour une comédie irrésistible et inspirante » annoncé, je m’empresse de parcourir les quelques pages gracieusement offertes. La quatrième de couverture laisse préjuger des personnages caricaturaux et des situations attendues. La lecture le confirme. Brigitte correspond aux stéréotypes féminins les plus éculés. Gaie, altruiste, attentionnée, elle profite de son temps libre pour se consacrer à sa famille : enseignante (quel autre métier pourrait lui fournir du bon temps ?), « la maîtresse de maison » aime recevoir et faire la cuisine. L’attelage censé rendre compte de ses qualités, dès le deuxième paragraphe du récit — après le portrait liminaire de monsieur —, est à ce titre exemplaire : « Son épouse, Brigitte, jonglait avec les contraintes comme avec ses casseroles, dans lesquelles elle préparait, toujours, une multitude de plats différents pour satisfaire ses convives ». Les hommes ne souffrent pas moins de stéréotypes : Bernard est taciturne, obnubilé par le travail et ses obligations professionnelles. Les personnages secondaires (les autres membres de la famille) sont très rapidement esquissés et manquent de consistance. On se représente des personnages conformes à l’imagerie publicitaire dominante : famille heureuse, individus (propriétaires de résidences principale et secondaire) souriants, beaux, élégants, minces, évoluant dans un cadre sain. Et alors ? Après tout, on le sait, nombre de librairies regorgent de best-sellers, romans de gare et autres romans à l’eau-de-rose qui font rêver, rassurent et divertissent nombre de lecteurs (et font le bonheur des maisons d’édition). Les fonctions de la fiction sont multiples.

Le marché des livres « feel good » – qui sont entre autres caractérisés par une écriture fluide, une intrigue légère et pleine d’émotion, une fin heureuse – correspond à un vaste lectorat, séduit, cerise sur le gâteau, par la bienveillance des auteurs qui s’avèrent facilement abordables lors des séances de dédicaces. Quelques recherches sur Aurélie Valognes nous en apprennent plus sur son ambition : écrire des contes pour les adultes. Ses courts récits sont centrés sur des situations familiales communes, tirées de sa propre vie. Elle aborde le thème de la vieillesse et s’intéresse aux liens entre les générations, d’où un lectorat étendu. Le parcours d’Aurélie Valognes ressemble lui-même à un conte de fée, comme elle aime à le dire. Issue d’un milieu modeste, les librairies ne faisaient pas partie des lieux fréquentés par sa famille, précise-t-elle dans les entretiens. Très tôt attirée par l’écriture, elle se dirige pourtant vers des études de commerce. Contrainte de suivre son mari à l’étranger après avoir quitté son emploi, elle dispose de journées libres, mais reste minée par un « baby blues ». Elle décide alors de réaliser son rêve en se consacrant à l’écriture d’un roman. Mais par où commencer ? Guidée par les conseils que Bernard Werber a généreusement mis en ligne, elle se lance dans l’auto-édition (via Amazon) et rencontre un grand succès avec Mémé dans les orties (2014). Les éditeurs la contacteront par la suite : ses récits sont aujourd’hui publiés au Livre de Poche ; en 2018 les ventes de ses livres sont estimées à 834 500 exemplaires, devant celles de Marc Levy[1]. Aurélie Valognes est présentée comme une auteure sincère et proche de ses lecteurs.

Et alors ? Au-delà de la simple anecdote, les idées sous-jacentes à ce récit léger, en phase avec le genre du « roman populaire français » (catégorie indiquée dans la notice Wikipedia de l’auteure), s’avèrent déconcertantes. On a déjà évoqué le sexisme et la survalorisation de la famille traditionnelle. Sur le plan social, la retraite (droit issu d’actions politiques et de luttes pour les acquis sociaux) est déconsidérée puisqu’elle est appréhendée en tant que période d’inactivité, à l’opposé de l’épanouissement professionnel. Cerise sur le gâteau, ces quelques pages font apparaître une forme de mépris de classe. La quatrième de couverture précise que les voisins de Bernard et Brigitte sont « insupportables » et qu’ils « leur polluent le quotidien ». Brigitte déteste sa voisine, bavarde (« Brigitte souhaitait abréger cette énième conversation farfelue et décousue ») et ringarde : « Tout ce qu’elle savait, c’était que les Dugrin avaient à peu près le même âge qu’elle et Bernard, même s’ils en faisaient vingt de plus, avec leurs dégaines tout droit sorties de Dallas ». Pour justifier le décalage des Dugrin avec le « couple solide depuis 37 ans », l’auteur n’hésite par à faire coïncider d’un point de vue axiologique manière de vivre, manière d’être et manière de parler. C’est pourquoi elle recourt au changement de registre de langue. Brigitte reprend ainsi sa voisine sur sa manière de s’exprimer. Passons sur le jeu de mot fondé sur l’homophonie entre « boulot » et « bouleau », l’arbre de Brigitte et Bernard que les Dugrin veulent voir couper, révélant une opposition entre des rustres et des amoureux de la nature (« Je refuse de perdre le rouge-gorge, les mésanges ou les écureuils » s’insurge Bernard, et comme on le comprend !). L’humour de l’auteure, plus grinçant qu’on ne l’aurait imaginé, s’exerce sur un autre mot, « spa », qu’on juge ce passage :

– Ah. Allergique au bouleau. Je comprends mieux, ponctua Brigitte en tentant de s’éloigner discrètement.

– Bah, c’est ce que j’ai dit ! Et c’est pas tout. Vous avez entendu la dernière ? La nouvelle voisine des Thibault, celle avec ses cheveux orange, eh bien, elle est poursuivie par la spa, continua la voisine.

– Le spa ? Pour les massages ? tenta Brigitte, en regardant sa montre.

– Non, comme j’vous dis. La spa, celle des animaux. V’là-t-y pas qu’elle a décidé d’être végan. Très bien pour elle. Sauf qu’elle a décidé que son chat aussi devait se farcir de l’Ebly. Le pauvre, ça lui est resté en travers de la gorge. Du coup, vlan ! Le chat a rendu l’âne.

– L’âme… corrigea patiemment Brigitte.

On ne s’attardera pas ici sur le portrait des véganes mais plutôt sur le personnage de Brigitte, qui est, rappelons-le, enseignante. Ce dialogue montre un comportement à l’exact opposé de celui de sa voisine. Il est en revanche conforme à un modèle de bonnes manières : elle est patiente et non cancanière, elle parle peu et vise la clarté (en reprenant et corrigeant ici les propos de son interlocutrice). A travers cette opposition entre expression correcte et expression fautive, Brigitte s’avère ainsi clairement condescendante. Or cette attitude n’est pas convoquée pour complexifier le caractère de ce personnage central aux valeurs humaines incontestables, mais bien, au contraire, pour montrer comment son humanité est mise à rude épreuve dans un voisinage moins raffiné dont les manières de parler sont plus familières (« Bah, c’est ce que j’ai dit ! », confusion SPA/spa qui présuppose que Mme Dugrin ne connaît pas l’existence du spa) et tellement différentes des siennes (et de son Bernard de mari). Le parler populaire est caricaturé par les formules du type « V’là-t-y pas ». C’est l’auteure même qui paraît reprendre (moquer ?) son propre personnage. De la sorte, le « nouveau roman populaire français » se révèle normatif (et méprisant), il semble ainsi viser un type de lectorat et en exclure un autre.

Nadia Fartas

 

[1]Palmarès publié dans Livres Hebdo, le 16 janvier 2019 : https://www.livreshebdo.fr/article/le-figaro-devoile-son-palmares-des-auteurs-les-plus-vendus-en-2018.

 

POUR CITER CE BILLET :

Nadia Fartas, « Mépris de classe version feel good », Carnet de recherche Comment commencer ?, mai 2019 : https://commencer.hypotheses.org/2207