“Aller vers l’universalisant”, Wassyla Tamzali aux Rencontres de Pétrarque 2018

La conférence inaugurale des Rencontres de Pétrarque (« Hommes-femmes, des lendemains qui changent ») fut cette année confiée à Wassyla Tamzali, écrivaine algérienne qui après une carrière d’avocate à Alger (1966-1977) mit ses compétences pour la défense des droits des femmes au service de l’Unesco puis d’autres groupes et structures, comme le Collectif Maghreb Egalité. La conférence, qui a pour objet l’année MeToo, est l’occasion pour la militante et intellectuelle de préciser la nature de son engagement et d’en restituer les fondements : « Si j’arrive à savoir où j’en suis et savoir où je suis tout en étant toujours ailleurs c’est parce que, au fond, j’ai une ligne, j’ai un cap », lequel cap correspond à « un vieux mot, honni, qu’on a jeté un peu à la poubelle un peu partout ». Il s’agit de l’universalisme. On voit en quoi l’idée d’une ligne, d’un cap, et l’idée même de l’universel se confondent puisque pour Wassyla Tamzali, il s’agissait dans les années 1970-1980, de mener, avec d’autres, « des combats sur cette idée non pas d’un universalisme que nous maîtrisions complètement mais sur cette idée qu’il fallait aller vers l’universalisant, et je reprends là la phrase de Jean-Paul Sartre qui disait “L’universalisme reste à faire” ». En ce sens, l’universalisme correspond donc à une trajectoire, de sorte qu’y tendre ne consiste pas à soutenir des idées ou des attitudes surplombantes, voire, comme on peut parfois le lire ou l’entendre, à valider une forme de colonialisme qui ne dit pas son nom. Il s’agissait aussi de rendre à l’universel, qui fut si longtemps confisqué aux femmes, son sens plein. Dans Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés, ouvrage vigoureux publié en 2009, dont la lecture s’avère particulièrement nécessaire aujourd’hui pour comprendre la nature de l’opposition entre le féminisme dit universaliste et le féminisme dit différentialiste, ainsi que les dérives engendrées par cette deuxième orientation dès lors que celle-ci nie violences et discriminations ou refuse à certains le droit de parler de leur propre histoire — tout ceci au nom du relativisme culturel —, l’écrivaine dit être toujours liée au « féminisme laïc, universel et moderne », qui découle d’une position « humaniste, anticolonialiste, démocrate ». Dans sa conférence Wassyla Tamzali revient ainsi sur la caractéristique majeure des actions qu’elle conduisait alors : « Je dirais que dans le combat que nous avons mené dans ces années-là, dans les années 70, 80, nous n’avons pas tourné le dos à ceux qui nous avaient tourné le dos. Nous pensions que c’était un terrain à conquérir» L’essayiste explique ensuite pourquoi cette caractéristique, une nécessaire ouverture, y compris à ceux qui s’opposent au combat féministe, entre en résonance, de manière inversée, avec certaines orientations actuelles du féminisme et du militantisme : « C’est important parce que aujourd’hui beaucoup de mouvements, d’associations, que ce soit en France, aux États-Unis, un peu partout, tournent le dos à cet héritage de l’universalisme qui les a oubliés aussi parce qu’ils étaient noirs, parce qu’ils étaient arabes, parce qu’ils étaient femmes, et c’est le reproche que je leur fais justement : au lieu d’essayer de remplir l’universel de ce qu’ils sont, ils tournent le dos à l’universel en prenant un chemin très aventureux, celui qui peut conduire à la séparation, celui qui peut conduire à l’enfermement. Je prends toujours cette phrase de Franz Fanon, dont j’ai fait un slogan : Franz Fanon disait “Je ne veux pas être l’esclave de l’esclavagisme de mes ancêtres” et je trouve que c’est fort» L’un des bénéfices de cette conférence réside donc dans la volonté affirmée de réconcilier tous ceux qui, par leur action, participent à la lutte contre les inégalités en nuançant les contours de l’universalisme. Et de rappeler en quoi consiste le combat pour les droits des femmes partout dans le monde : « Le féminisme c’est d’abord la déconstruction de toutes les traditions en commençant par la religion, en continuant par la famille, la politique, c’est une vraie déconstruction. Et on ne peut pas la faire à moitié» Wassyla Tamzali conclut en faisant part de son enthousiasme à l’égard des projets actuels d’une jeune génération d’artistes en Tunisie et en Algérie. S’« ils ont tourné le dos à la politique », ils favorisent néanmoins l’émergence d’un « renouveau ». Peut-être alors pourrait-on ajouter qu’ils font de la politique autrement.

Nadia Fartas

 

Écouter la conférence sur le site internet de France Culture, Les Rencontres de Pétrarque, par Jean Birnbaum et Hervé Gardette, 9 juillet 2018 : https://www.franceculture.fr/emissions/les-rencontres-de-petrarque/les-rencontres-de-petrarque-du-lundi-09-juillet-2018

Wassyla Tamzali, Une femme en colère. Lettre d’Alger aux Européens désabusés, Paris, Gallimard, 2009.

 

POUR CITER CE BILLET :

Nadia Fartas, « “Aller vers l’universalisant”, Wassyla Tamzali aux Rencontres de Pétrarque 2018 », Carnet de recherche Comment commencer ?, novembre 2018 : https://commencer.hypotheses.org/1803