Discriminations, invisibilité et “invisibilisation de la pensée des femmes”

Plusieurs tribunes importantes viennent récemment de paraître dans la presse. Elles dénoncent les discriminations envers les femmes dans le monde universitaire, le peu de place qui leur est donnée aux postes de décisions. Déterminantes, elles mettent en lumière la banalisation du sexisme et le blocage des parcours et des savoirs qui en découlent. La tribune dite « des historiennes » insiste sur la domination masculine qui s’exerce dans tous les niveaux du parcours universitaire (jurys, comités de recrutements, rythme des publications etc.) et invite à la solidarité pour contrecarrer les plafonds de verre. Elle propose des solutions concrètes, parmi lesquelles l’application de la parité, pour lutter contre le manque de visibilité des femmes dans le champ académique. Les signataires de la tribune dite « des philosophEs » estiment que leur domaine doit s’ouvrir à des courants hétérodoxes et aux textes, nombreux, des nombreuses femmes philosophes qui « ne sont pas “mineures” mais minorisées ». Toutefois les signataires privilégient la solidarité sur la parité (« la parité n’entame pas le stigmate ») qui ne peut offrir de réponse satisfaisante à la déconsidération que subissent les femmes dans le domaine de la philosophie puisque cette discipline « pense majoritairement “en tant qu’homme” en s’obstinant à prétendre au neutre ». Le philosophe Pascal Engel répond à cette analyse par un article qui met en scène de manière fictive la philosophe anglaise Susan Stebbing, « fervente disciple de Russell et plus encore de G.E. Moore » qui, en 1933, fut la « première femme nommée à une chaire de philosophie en Angleterre ». Quelques années plus tard, en 1939, elle n’obtint pas la chaire de Moore (Cambridge) qui fut attribuée à Wittgenstein, lequel « détestait les femmes, et Stebbing en particulier (qui le lui rendait bien) ». Pascal Engel imagine ainsi la réponse de Susan Stebbing face à cette situation : « Je demande justice non pas en tant que femme, mais en tant que philosophe. » Cette reconnaissance du statut d’intellectuelle non réductible au genre est également défendue par Nathalie Heinich, qui soutient en outre le principe d’équité (« c’est-à-dire une rétribution symbolique proportionnelle aux apports ») plutôt que l’application de la parité. La sociologue aborde la réalité du plafond de verre académique sous l’angle de la minoration de la pensée des femmes. Sur son initiative, le site internet [SIC] vient ainsi de mettre en ligne une utile banque de données dont l’originalité est d’aborder les discriminations envers les femmes dans le monde universitaire en dévoilant « l’invisibilisation des apports conceptuels des femmes : non cités, ignorés, minorés ». Nathalie Heinich a recueilli des témoignages qui offrent une description concrète de cette invisibilisation (y compris lorsqu’elle implique l’attitude de femmes vis-à-vis d’autres femmes). Il ne s’agit donc pas de défendre une spécificité « féminine » (approche différentialiste) mais d’affirmer avant tout la reconnaissance de compétences et la légitimité de recherches, quel que soit le genre de leur auteur (approche universaliste). Du reste, toutes ces tribunes invitent à leur manière à la vigilance et à la solidarité.

Nadia Fartas


Tribune « L’appel des historiennes », Le Monde, 3 octobre 2018 : https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/10/03/l-appel-de-440-historiennes-francaises-mettons-fin-a-la-domination-masculine-en-histoire_5364200_3232.html

Tribune « “L’invisibilisation des apports théoriques, des créations conceptuelles” : le vrai sexisme universitaire », par Nathalie Heinich, Le Monde, 11 octobre 2018 : https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/10/11/l-invisibilisation-des-apports-theoriques-des-creations-conceptuelles-le-vrai-sexisme-universitaire_5368097_3232.html

Tribune « Combien de philosophEs? », Libération, 16 octobre 2018 : https://www.liberation.fr/debats/2018/10/16/combien-de-philosophes_1685772

Tribune « Le Fantôme d’une philosophe », par Pascal Engel, Libération, 6 novembre 2018 : https://www.liberation.fr/debats/2018/11/06/le-fantome-d-une-philosophe_1690039

Tribune « L’invisibilisation de la pensée des femmes, l’autre “plafond de verre” », par Nathalie Heinich, 11 novembre 2018 : https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/11/09/la-pensee-des-femmes-est-elle-vraiment-invisible_5381076_3232.html

 

POUR CITER CE BILLET :

Nadia Fartas, « Discriminations, invisibilité et “invisibilisation de la pensée des femmes », Carnet de recherche Comment commencer ?, novembre 2018 : https://commencer.hypotheses.org/1658