« Dans la langue d’Ecoldar ». A propos d’« Ecoldar. Portrait d’une île », de Christine Lapostolle

Les fictions sur l’art, très présentes au XIXsiècle, constituent un genre à part entière. L’actualité artistique est aujourd’hui susceptible  de constituer un argument à la fois littéraire et commercial : la parution d’un roman sur tel artiste peut par exemple coïncider avec l’ouverture d’une exposition monographique consacrée à cette personnalité. Du reste, biographies et fictions sur l’art reprennent de la vigueur depuis quelques années. Le nouvel ouvrage de Christine Lapostolle s’inscrit dans cette lignée mais en ouvrant une voie inédite puisqu’il s’agit pour l’auteure de porter son attention sur la transmission et l’enseignement à partir de sa longue expérience de professeure d’histoire de l’art et de culture générale dans une école d’art du Finistère. Il est étonnant qu’un sujet si riche n’ait pas été abordé jusqu’alors. 

Ecoldar. Portrait d’une île s’apparente au « récit-fiction », genre que l’écrivaine adopte depuis plusieurs années en travaillant avec beaucoup de finesse les ressources à la fois analytiques et stylistiques de la description. En découle une approche précise, non dénuée d’humour, de la formation dans les écoles d’art, des changements qui en ont modifié les contours durant presque trois décennies. La polyphonie s’immisce – notamment par le biais du discours indirect –  dans les portraits d’étudiants, les échanges avec les collègues, les descriptions de jurys, celles des travaux d’étudiants. Elle s’exprime de manière plus nette dans les choix narratifs : Ecoldar fait alterner les pages du journal d’un étudiant avec un récit qui restitue le monde de L, professeure d’histoire de l’art. Le portrait de cette « île » révèle avec justesse le statut singulier des écoles d’art qui font de l’expérimentation, et donc d’une forme de liberté, un fondement. Ce lieu de formation a longtemps eu pour avantage d’accueillir des personnes qui s’adaptaient difficilement aux normes scolaires et à qui était donnée la possibilité d’affirmer des qualités dans le vaste domaine des arts plastiques. Si c’est toujours le cas, classes préparatoires et dossiers conséquents figurent davantage aujourd’hui parmi les attentes des écoles d’art vis-à-vis des candidats aux concours d’entrée. Reste pour nombre d’étudiants, bien avant le fait de pouvoir embrasser une carrière d’artiste, des années décisives, faites de rêves et de désillusions, durant lesquelles la sortie de l’école vers le monde extérieur est souvent redoutée, comme on peut le lire dans Ecoldar

L’attachement évident que L/la narratrice porte à cette formation artistique ne s’accommode pas pour autant de la complaisance vis-à-vis des étudiants et de « la baleine Ecoldar ». Sont ainsi mis au jour les travers de la normalisation, laquelle est en partie illustrée par le modèle de l’artiste capable de se vendre selon les « stratégies de l’art contemporain ». La normalisation est également révélée par une novlangue et des stéréotypes ainsi que par des attentes politiques et économiques qui conduisent à être « artistiquement professionnalisant ». Ce défi est en partie relevé par « l’autorité du design ». En effet, on ne peut que constater depuis peu la place grandissante accordée au design dans les écoles d’art. Notons aussi la vogue néolibérale de la créativité

« Les choses changent » : cette formule revient ainsi comme un leitmotiv dans Ecoldar, récit qui scrute ce moment de la vie qu’est la jeunesse. Le changement est illustré par l’évolution de la technique (de la diapositive à l’ordinateur) dans l’enseignement de L. C’est que Ecoldar se présente aussi comme un récit réflexif qui évoque les doutes, les engagements et les mises en perspective d’une professeure d’histoire de l’art pour laquelle la transmission du goût de la lecture et de l’écriture aux étudiants s’avèrera de plus en plus essentiel. « Dans les livres il y a des ressources pour tenir le coup toute la vie » soutient L. De cette manière, le récit éclaire les débats sur le visuel et le verbal, la théorie et la pratique, antiennes de l’enseignement de l’art. Il n’oublie pas non plus « le temps des collègues misogynes ». Ecoldar penche ainsi volontiers du côté de l’essai offrant au lecteur le plaisir de passer les frontières[1] parfois ténues entre les genres, les styles et les points de vue, du journal de l’étudiant aux constats et réflexions de L.

Christine Lapostolle, Ecoldar. Portrait d’une île, Musica Falsa, coll. « Inventions », 2018, 224 p.


[1] Voir Françoise Lavocat, Fait et fiction. Pour une frontière, Le Seuil, 2016.

* La formule du titre de cet article, « dans la langue d’Ecoldar », est issue de l’ouvrage de Christine Lapostolle (p. 196).

 

Pour citer cet article :

Nadia Fartas, « “Dans la langue d’Ecoldar”. A propos d’Ecoldar. Portrait d’une île, de Christine Lapostolle », Carnet de recherche Comment commencer?, septembre 2018 : https://commencer.hypotheses.org/1190