« D’Antigone à Marianne. Rêves et réalités de la République dans les collections des Beaux-Arts », Exposition et catalogue

Plusieurs manifestations et groupes de recherche portent actuellement sur la république. Citons la dernière édition de Citéphilo intitulée « La République et l’universel[1] », tandis que l’Atelier de la Société française de philosophie est cette année centré sur « L’idée de République[2] ». Sous la direction d’Olivier Christin le Centre européen des études républicaines[3] (CEDRE) vient en outre de voir le jour. Du côté des arts visuels, l’École des Beaux-Arts de Paris, héritière de l’Académie royale de peinture et de sculpture, présente depuis le 24 février et ce jusqu’au 20 avril, une exposition qui retrace la manière dont, de 1789 à 1939, la pensée républicaine s’est développée chez les artistes et dans l’enceinte de ce lieu d’enseignement qui visera rapidement la méritocratie par le système de bourses et de concours. Marquée par la Révolution, d’où émergent les fondements de l’instruction publique, gratuite et laïque, ainsi que sur les autres moments révolutionnaires, cette période voit l’avènement de trois républiques où s’épanouiront différents courants artistiques ancrés dans le domaine social et dans le domaine politique. L’exposition est enrichie de pièces issues de la collection du musée des Monuments français créé par le très républicain Alexandre Lenoir, de 1793 à 1817.

Le titre de l’exposition s’éclaire lorsque l’on prend la mesure de la primauté du monde antique dans le long XIXe siècle, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, autrement dit bien au-delà du néoclassicisme de l’« École de David », via les sujets des concours. C’est que les figures de César, de Brutus, ou de Caton, issues de la république antique, fournissent des illustrations dramatiques saisissantes pour réfléchir aux principes de la démocratie républicaine moderne. Plus encore, Antigone, qui affronte le pouvoir et défie les lois injustes, offre un modèle pour penser le présent, tandis que plusieurs concours cherchent à édifier la figure de Marianne. Une section de l’exposition s’intéresse ainsi à la place des femmes dans l’École : celles-ci y eurent accès par l’entremise d’Hélène Bertaux, présidente de l’Association des femmes peintres et graveurs, bien avant que les grandes écoles (École normale supérieure, École polytechnique) les y autorisent. Une figure émerge particulièrement de ce parcours : Pierre-Jean David d’Angers qui, au côté de Jules Dalou, de Victor Hugo ou encore de Victor Schœlcher, compte parmi les grands promoteurs de l’idée républicaine. Sa série de médaillons, conçues autour de 1830, offre une véritable histoire de la République à travers écrivains, artistes, politiciens, en France et en Europe. Le catalogue contient entre autres une analyse fouillée de l’ensemble des médaillons de David d’Angers. Eliza O’Connor y figure en bonne place. Avec son époux, celle-ci a mené une entreprise éditoriale de toute importance puisqu’elle est consacrée aux œuvres de son père, Nicolas de Condorcet. 

On ne peut que conseiller de voir cette exposition et de lire le catalogue très riche mené sous la direction d’Emmanuel Schwartz, dont la plume à la fois érudite et critique, retrace, avec esprit et conviction, la vie académique et la vie artistique d’une longue période qui nous mène au seuil de la Seconde Guerre mondiale. L’on pourra notamment s’arrêter sur les mises au point que l’historien de l’École des Beaux-Arts apporte quant à l’implication des artistes et celle de l’établissement dans les années 1939-1945, ce qui lui permet de faire émerger la figure singulière (et oubliée) d’André Godard, architecte, archéologue et orientaliste, qui « pendant la Seconde Guerre mondiale […] représenta à Téhéran la France libre et le gouvernement provisoire de Londres » (p. 80). Emmanuel Schwartz dresse également avec précision le portrait d’une École ouverte aux artistes du monde entier et vouée au progrès social, ce qui n’exclut pas contradictions et courtisaneries comme le relate l’article intitulé « Perspectives sur une histoire désespérée de l’École des Beaux-Arts »… Du point de vue artistique, on pourra d’abord s’étonner de « la référence celte » puis comprendre pourquoi et comment les Gaulois viennent s’immiscer dans l’imagerie et la littérature gréco-latines. C’est qu’un parti gaulois se crée pendant la Révolution française afin de contrer la noblesse qui se revendique du parti des Francs. Enfin, on ne peut aborder les orientations esthétiques de l’École sans convoquer le « réalisme poétique et social » qu’illustrent notamment « les statuettes touchantes de l’ancien communard Jules Dalou » (p. 99), réalisées entre 1889 et 1899, ou les œuvres d’Alice Richter (La Rixe, 1934), loin du néoclassicisme et du monde antique. De l’Antiquité dans la République il en est encore question dans l’article « Si proche, si loin : la foule des dévoués » de l’historien Olivier Christin. Celui-ci s’interroge de manière fort convaincante sur la place de cette « foule nombreuse » dans les collections de l’École des Beaux-Arts que constituent les héros « comme Decius Mus ou Marcus Curtius (ou Socrate), [qui] ont accepté de faire le sacrifice de leur vie et l’ont parfois véritablement organisé » (p. 115). L’étude d’Anne Verjus sur « les femmes dans la République selon les Beaux-Arts » offre quant à elle un éclairage essentiel sur les représentations qui s’éloignent du modèle par trop condescendant de la femme qui pleure, s’évanouit ou supplie, en mettant en évidence sa place sur le champ de bataille, comme l’illustrent notamment les personnages de femmes gauloises. L’ouvrage se conclut ainsi sur la figure d’Antigone, qui, si elle « n’agit pour une fois pas en tant qu’épouse mais comme fille (d’Œdipe) et comme sœur (de Polynice) », reste toutefois attachée au domaine privé, relié à l’amour et à la famille, autrement dit à distance du pouvoir et de la politique.

Qu’en est-il de l’idée républicaine aujourd’hui dans les arts visuels ? Il semblerait qu’elle ait disparu ou si elle réapparaît, c’est le plus souvent par l’intermédiaire des références, prédominantes, aux études postcoloniales. Un autre élément de réponse est offert dans le lieu même du Palais des beaux-arts qui, conjointement à l’exposition d’Antigone à Marianne, accueille l’installation spectaculaire Manifesto de Julian Rosefeldt, soit « 13 films synchronisés avec Cate Blanchett en interprète des manifestes du XXe siècle », c’est-à-dire le futurisme, le dadaïsme, le surréalisme, l’expressionnisme, le constructivisme, le minimalisme, le situationnisme… si la performance de l’actrice force l’admiration par la manière dont elle s’approprie rôles et contextes très divers, si l’esthétique des films est particulièrement soignée, l’installation rend inaudible le discours, au propre comme au figuré, notamment lorsque celui-ci est traité de manière anecdotique et totalement décalée, en témoigne le film « Art conceptuel/minimalisme » qui traduit les propos artistiques de Sol LeWitt par l’intermédiaire d’une présentatrice de journal télévisé. Les avant-gardes et les manifestes fascinent toujours autant, quel que soit leur contenu. Cette installation conforte le constat suivant : c’est souvent par leur biais que la politique est abordée dans le champ des arts visuels (éditions, galeries, expositions, enseignement). Du reste, une entreprise inédite s’offre aux artistes, celle de mener une recherche sur l’idée républicaine aujourd’hui et dans les dernières décennies. C’est l’un des mérites de l’exposition D’Antigone à Marianne que d’inviter à cette réflexion.

Nadia Fartas

« D’Antigone à Marianne. Rêves et réalités de la République dans les collections des Beaux-Arts », commissaire : Emmanuel Schwartz, exposition du 24 février au 20 avril 2017, Palais des Beaux-Arts, Quai Malaquais, 75006 Paris.

D’Antigone à Marianne. Rêves et réalités de la République. Collection des Beaux-Arts de Paris, sous la direction d’Emmanuel Schwartz, Beaux-Arts de Paris éditions, 2017.

 

[1] http://www.citephilo.org/manif/pr%C3%A9sentation-g%C3%A9n%C3%A9rale-du-th%C3%A8me-la-r%C3%A9publique-et-luniversel

[2] http://ateliers.sofrphilo.fr/

[3] https://www.univ-psl.fr/fr/etudes-republicaines-cedre

Pour citer cet article : Nadia Fartas, « Exposition et catalogue D’Antigone à Marianne. Rêves et réalités de la République dans les collections des Beaux-Arts », 27 février-10 avril 2017, ENSBA, Carnet de recherche Comment commencer?, 17 avril 2017, en ligne : https://commencer.hypotheses.org/561

 

Crédits des visuels :

– Charles-Léon Vinit, La seconde cour de l’École des Beaux-Arts, 1850, huile sur toile, 0,91 x 1,15 m, Paris, ENSBA

– Pierre-Jean David D’Angers, Portrait de Marie-Jeanne Philipon, dite Madame Roland de la Platière (1754-1793), femme politique, 1832, médaillon (sculpture), diamètre 15 cm, Paris, musée Carnavalet

– Antony Troncet, Antigone trouvée par les gardes près du corps de Polynice, Concours d’esquisse peinte, 1904, Prix Fortin d’Ivry 1904, huile sur toile, 46 x 38 cm, Paris, ENSBA