The xx : douceur et gravité du duo

« En ces temps incertains, on espère que toute la joie et l’amour qu’on a mis en le composant trouveront son chemin dans notre monde, aussi mince soit-il[1] », écrit le très en vogue trio londonien The xx pour annoncer la sortie de leur troisième disque intitulé I see you. Pour traduire cette appréciation du monde contemporain et l’importance qu’il convient d’accorder à l’art et au beau, le groupe de pop-rock, versé dans l’électro minimaliste, s’attache notamment à la fragilité du sentiment amoureux, thème qui prend ici de l’épaisseur, en toute sobriété, sans mièvrerie aucune, dans le duo. Continuer la lecture

Le témoignage dans Les Paysans de Florence Lazar : le seuil de l’adresse

Florence Lazar a réalisé plusieurs films en Bosnie, Croatie, Serbie, ex-Yougoslavie ainsi qu’au Monténégro. Ils ont pour point commun de porter sur les enjeux de la transmission, lesquels sont souvent liés à des questions de langue et de traduction. La réalisatrice s’intéresse aux relations entre histoire et mémoire, politique et famille, dont la sienne, en témoignent Confrontations (1999) et Confession d’un jeune militant (2008). Florence Lazar est également photographe, elle enseigne à l’École Supérieure d’Art et de Design, Grenoble-Valence. L’aspect artistique de ses films est indissociable de leur dimension documentaire. L’œuvre de Florence Lazar a ceci de précieux qu’elle se garde de toute esthétisation, autrement dit elle n’idéalise pas les situations de conflits et ne cède à aucune exotisation de la parole. Les Paysans (2000) sur lequel porte l’article ci-dessous (écrit en partie en 2010 et repris en 2016) illustre particulièrement ces orientations.

lazar-les-paysans-2000

Continuer la lecture

Victor Hugo et « l’œil de l’État laïque »

hugo-rocher-des-proscritsAvec Lamartine et Chateaubriand, Victor Hugo occupe une place résolument singulière parmi les grandes figures intellectuelles puisqu’il fut autant écrivain qu’homme politique et ce, sans demi-mesure. Son engagement n’est pas restreint au seul domaine de l’art, il est au service de toutes les arènes et de toutes les questions à même d’asseoir progressisme et principes républicains. Aussi en tant que pair de France (1845-1848), député (1848-1851, 1871-1876) et sénateur (1876-1885) défend-il le suffrage universel, l’enseignement laïque, les droits des femmes et l’abolition de la peine de mort. Continuer la lecture

Condorcet, l’instruction publique et la naissance du citoyen, de Catherine Kintzler : le droit à l’égalité, le droit à la connaissance

esquisse-gallicaOutre le fait qu’il offre une analyse limpide, rigoureuse et non moins passionnante de l’œuvre de Condorcet, dont l’apport est considérable, l’ouvrage que Catherine Kintzler consacre au philosophe et mathématicien est capital par les éclairages conceptuels qu’il vise. Il s’avère particulièrement précieux pour qui veut appréhender d’un point de vue philosophique les débats et les problèmes actuels qui portent sur la citoyenneté, l’identité, ou la transmission. La raison, le progrès, l’égalité et le citoyen prennent consistance sous l’angle de la théorie de l’Instruction publique conduite par Condorcet. Tout commence par un problème que le philosophe s’engage à relever dans le contexte de la Révolution française : comment concilier suffrage et vérité ? Continuer la lecture

« Pour l’instant, la clairière est libre ». Vincennes, l’université perdue, un film de Virginie Linhart

LINHART vincennes © Agat Films & CieLe film que Virginie Linhart consacre à l’université de Vincennes s’ouvre et se referme sur une clairière verdoyante, celle-là même qui, à la suite de Mai 68, a accueilli une aventure intellectuelle sans pareille, pendant une douzaine d’années. La justesse du documentaire réside dans l’originalité de ce lieu choisi par l’auteur et que résume ainsi Hélène Cixous (de sa voix pleine et musicale) : « Ce vide n’est pas vide, il est saisissant (…) c’est un exemple unique dans l’histoire où archéologiquement, il n’y a rien. » Bâtie en peu de temps, à la faveur de quelques échanges téléphoniques, l’université est détruite tout aussi rapidement, pour renaître à Saint-Denis, là où se trouve toujours l’université Paris 8. Continuer la lecture

« Mon Œil ! » au BAL. Comment déjouer les théories du complot avec des chats

Dorechatbotte

Dans le cadre du programme Mon Œil ! de La Fabrique du regard qui, depuis 2008, développe des ateliers réunissant artistes, lycéens et professeurs, LE BAL vient de mettre en ligne une vidéo intitulée Révélation. La véritable identité des chats. Cette vidéo a été réalisée par William Laboury avec les élèves de Seconde Gestion Administration du Lycée Madeleine Vionnet de Bondy et Sakina Benazzouz, enseignante de lettres et d’histoire-géographie, professeure principale de la classe. Elle s’inscrit dans la thématique « Repenser l’histoire » qui a été choisie pour l’année 2015-2016 afin de permettre « aux lycéens d’interroger les enjeux de création, diffusion, réception des images fixes et en mouvement ». Avec humour et efficacité, ce film déconstruit les « mécanismes à l’œuvre dans les vidéos conspirationnistes ». Il s’agit de « transmettre aux élèves les outils de vérification des données, et ainsi éclairer leurs usages numériques. » Continuer la lecture

Étonnants voyageurs 2016. La voix des écrivains et des artistes : « Une boussole, dans ce tumulte »

L’intellectuel et le débat public

Outre le fait que la richesse, la qualité et l’originalité de sa programmation de films et de conférences ouvrent un vaste champ de réflexion, qui correspond par ailleurs à d’incontestables attentes, en témoigne l’extraordinaire affluence de festivaliers, l’édition 2016 d’Étonnants Voyageurs offre l’occasion de s’interroger sur les relations actuelles entre littérature et sciences sociales. La journée du dimanche 15 mai l’illustre avec générosité. Non sans courage et acuité, l’équipe du festival s’est en effet saisi d’une actualité encore brûlante : la tribune[1] que des chercheurs ont publiée dans Le Monde en février dernier, dans laquelle ils s’attaquent à l’article de Kamel Daoud intitulé « Cologne, lieu de fantasmes »[2]. Continuer la lecture

Actualité des parutions : aux fondements de l’école et de la démocratie républicaines

Huma 2 aout 1904 bd

L’anthologie proposée par Vincent Duclert, La République, ses valeurs, son école. Corpus historique, philosophique et juridique, s’avère passionnante et indispensable pour qui veut comprendre les fondements de l’école et de la démocratie républicaines. L’ouvrage aborde la République par un ensemble de textes réunis suivant trois parties : « Un régime de droit et de liberté », « Un idéal démocratique, une nation politique », « Une ambition pour l’école ». Il présente un vaste corpus qui « souligne les processus d’appropriation de la démocratie républicaine par la société, par la pensée, par la conscience, par l’art, par la connaissance » (p. 7). Il rassemble les textes attendus mais non moins fondamentaux de Ferdinand Buisson, Condorcet, Olympe de Gouges, Jean Jaurès, Louise Michel, Jules Ferry, Jean Zay, qui entrent en dialogue de manière originale, avec une lettre de Charles Baudelaire, des écrits de Charles Péguy, tout en offrant une place à la philosophie du XVIIIe siècle (Diderot, Kant, Montesquieu, Rousseau) ainsi qu’aux grands écrivains et penseurs du XIXe (Victor Hugo, Émile Zola) et du XXe (Henri Bergson, Albert Camus, René Char).

Continuer la lecture

L’art de la télépathie, l’art directement

abramovic et U

L’exposition Cosa mentale. Art et télépathie au XXe siècle met en lumière les relations étroites entre art et télépathie de la fin du XIXe siècle aux années 1960-70, autour de l’art conceptuel. Une installation de Fabrice Hyber, créée pour l’occasion, conclut le parcours. Elle fait ainsi partie d’un ensemble d’expositions et de parutions qui, depuis une dizaine d’années, prêtent une attention particulière aux relations entre art, science et spiritisme entre le XIXe et le XXe siècle. En témoignent notamment Hypnos. Images et inconscients en Europe 1900-1949 qui s’est tenue au musée d’Art moderne de Lille en 2009 ou encore, plus récemment, en 2012, L’Europe des esprits ou la fascination de l’occulte, 1750-1950, au musée d’art moderne de Strasbourg. L’exposition au Centre Pompidou-Metz propose un nouvel angle sur ces questions en s’attachant à une période qui va de 1882, date à laquelle fut créé le mot « télépathie », à l’art conceptuel. Elle donne également la place à quelques œuvres de l’art récent, dont les vitrines feutrées de Frédéric Vaësen qui présentent des photographies des années vingt censées reproduire des ectoplasmes. Continuer la lecture

Actualité des parutions : de l’origine, « lire des commencements »

Les XXIes entretiens de la Garenne-Lemot, récemment publiés aux Presses Universitaires de Rennes, ont affronté la question de l’origine, qui « libère du commencement ». Si les arts, la science mais aussi nos vies prennent en partie sens dans l’idée d’origine, celle-ci, en tant que mythe, déliée d’un repère temporel, n’engage-t-elle pas alors un risque, celui de « l’idolâtrie du prétendu fondement » ? L’un des chapitres de L’Avenir des anciens de Pierre Judet de La Combe s’attache précisément à la manière de « lire des commencements », ceux d’Homère et de Virgile. L’auteur s’interroge sur la place actuelle qu’il convient d’accorder à ces « lointains parents d’adoption » que sont les Grecs anciens, autrement dit à la transmission du latin et du grec. Et de défendre la position suivante : il s’agit de considérer « l’enseignement des grands textes antiques et de leurs langues à l’école (comme) un étonnant outil d’émancipation et de démocratisation ».

Continuer la lecture